Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Auteurs maison

Les bonus de la saison
Sébastien Thiéry : "Je me suis mis à écrire parce que j'étais un acteur frustré"
"Sébastien Thiéry est un être singulier mu par une insolence burlesque et une imagination dont l’absurdité n’a d’égal que sa vivacité. C’est quelqu’un dont la nature même semble faite pour anéantir l’esprit de sérieux et faire disparaître nos tracas à coup de répliques irrésistibles.
Je le connais depuis longtemps, il m’a réveillé un beau matin habillé en maître d’hôtel de luxe, queue de pie et gants blancs m’apportant sur un plateau d’argent un petit-déjeuner…  seule façon m’avait-il dit de me rencontrer à un moment où il n’y parvenait pas.
Voilà, Sébastien Thiéry c’est quelqu’un qui vous réveille au moment où on s’y attend le moins, avec un sourire de petit diable qui fait briller ses yeux et ses pièces.
J’ai mis en scène sa première œuvre Sans ascenseur au Théâtre du Rond-Point il y a sept ans. Il m’a demandé de lire L’Origine du monde et de la monter si elle me plaisait. Elle m’a beaucoup plu, même un peu plus que ça…
Et il est le bienvenu dans ce Théâtre du Rond-Point qui tente à travers l’écriture d’aujourd’hui de saluer la fantaisie subversive des auteurs vivants. "
Jean-Michel Ribes
À lire aussi...
 Auteurs maison 
Le 27/10/2011
 
 Auteurs maison 
Le 17/12/2010
 
 Auteurs maison 
Le 12/03/2015
Le Trou
ce qui me manque c’est un trou
ou plutôt : ce qui me manque fait un trou, un trou en moi, me troue,
je suis troué par ce qui me manque
non pas qu’on me l’ait enlevé, que je l’aurais eu un jour, que j’aurais été entier,  
ce trou c’est mon manque
ce manque c’est l’Autre,
l’Autre toujours troue
trou en moi
emporte-pièce
dès que je nais, l’Autre me troue
moi aussi je fais des trous chez l’Autre,
sans le vouloir, avec le regard, et je comprends que j’ai dû trouer ou percer quelque chose en voyant de l’eau pleurer par les yeux de l’Autre,
je ne savais pas,
ça se met à fuir, ça se répand, ça ne s’arrête plus,
les larmes du trou
l’Autre n’est plus qu’un trou en larmes, un puits pleureur, et c’est moi qui ai fait ce trou.

au trou ! condamné au trou !
à se faire trouer la vie
ce qui reste c’est la passoire de l’être, mille fois trouée, cachée au cœur d’une forme en viande qui se fait croire qu’elle est entière et que tout va bien.
mais quand je serai tout troué, quand je ne serai plus qu’un trou ambulant, une lacune humaine, une absence debout,
quand je n’aurai plus que mes bords, quand je ne serai plus qu’un bord de trou, une margelle à sang chaud, alors l’Autre qui n’aura plus rien à trouer, s’approchera,
il se tiendra au bord de mon trou, devenu le sien aussi, à force de tant me trouer,
trou des deux donc,
avec lui, penché, à prier que l’horizon se découvre enfin au plus profond de cet Autre , qui se demande lui-même s’il existe encore, étant devenu complètement trou...
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
911 art.
 
 Vedettes etc.
566 art.
 
 Confs & Perfs
590 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
180 art.
 
 Presse
65 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point