Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Auteurs maison

Les bonus de la saison
Rémi De Vos : Beckett passe son permis de conduire

Sa pièce Toute ma vie j'ai fait des choses que je ne savais pas faire, mise en scène par Christophe Rauck, est en ce moment à l'affiche au Rond-Point. Remi De Vos écrit à la demande, quand des acteurs, des metteurs en scène ou des théâtres lui commandent un texte. Parfois, rarement, il se commande lui-même une pièce. Mais là il est nettement moins rapide. Par exemple ça fait des années qu'il écrit dans sa tête une pièce sur Beckett. Beckett qui passe son permis de conduire pour s'enfuir au Maroc... Il avait pu rencontrer Beckett une fois à la fin de son adolescence, mais ça n'a rien à voir. Sa chambre de jeune acteur était remplie de portraits du grand Samuel. Beckett lui a juste demandé s'il écrivait. Non. Remi ne s'y est mis qu'à l'âge de 30 ans. Parce qu'on le lui avait demandé.

Propos recueillis par Jean-Daniel Magnin en avril 2014 lors de la programmation d'Occident, autre pièce de Rémi De Vos, mise en scène par Dag Jeanneret


À lire aussi...
 Auteurs maison 
Le 18/07/2013
Envoyez-nous des cartes postales
Lâchez la bride à votre inspiration, envoyez-nous depuis votre smartphone billets, images, sons - nous les publierons dès la rentrée. Et découvrez chaque jour un lot de perles pêchées dans les profondeurs du site par notre scaphandrier Vincent Lecoq. Un bel été à tous !
 
 Auteurs maison 
Le 04/09/2015
Perdu dans Tokyo #8
Journal de l'auteur associé au Théâtre du Rond-Point
3 septembre Kangourous J'observe les kangourous en rut au zoo de Uneo, fascinant manège. Le mâle caresse la queue de la femelle, lui court après, elle s'arrête, hésite, repart, ils sautent, se suivent, il lui caresse la queue, ils se font face, frottements des museaux, ils repartent, il lui caresse la queue, elle saute, il la poursuit, elle n'est pas prête, ils continuent. Un couple d'Indiens regarde attendri un couple de ratons laveurs radioactifs. La nuit, je regarde des films, Bardot et Gabin dans En cas de malheur, Binoche et Shimell dans Copie conforme, ou le duo présidentiel de House of cards. Je regarde seul et tétanisé des couples qui se déchirent, se débattent, s'insuffisent (j'invente), s'insupportent. Se retrouvent. En finissent. Recommencent. Des couples, partout, tout le temps, quand dans les rues de Tokyo très rares sont ceux qui avancent par deux. Pourtant, des statues de couples sur des places, des oiseaux, des hiboux, ou des oursons. Un rien infantilisantes. Et je sais désormais que plus jamais je ne partirai loin de Brice plus de dix jours. Impossible, intenable. Ikébukuro Les fumeurs s'entassent entre des vitres marquées "smoking area" avec poubelles à mégots. Des toilettes publiques partout, propreté maximum. Plusieurs multiplexes de cinéma. Les salles affichent Mission impossible, Jurassik world, Ted 2, Minions et trois mangas japonais. Aucune trace ici de quoi que ce soit d'autre pour l'instant. Affiches d'une exposition Satie à Shibuya, d'une expo Bordeaux port de la lune, et d'une rétrospective Monet. Il y a des musées partout, dont un du feu d'artifice. Des concerts et des matchs de baseball au Tokyo Dome, de catch américain ou de combats de Sumos au stade de Ryogoku. Le hasard : l'institut culturel français propose une conférence intitulée "que se passe-t-il quand on regarde une pièce?" alors que je donne une conférence titrée "l'effort d'être spectateur." Et des magasins, Printemps, Oioi, des centres commerciaux à perte de vue, expression consacrée. Je traverse celui de Sunshinecity, je me rappelle ceux monstrueux de Montréal, de Karlsrue, de Stockholm. Rien de semblable à Belle Epine de Thiais ni à Odyseum de Montpellier, nos cités antiques. Trésors anthropologiques.   Discipline  Une soirée sans savoir quoi faire d'une peau de banane. Toutes les poubelles ont disparu depuis l'attentat kamikaze de 2010. Ne restent que des poubelles pour les sacs plastique, d'autres pour les canettes, d'autres pour les papiers, d'autres pour les barquettes. Je ne sais pas quoi faire de ma peau de banane. À la sortie du supermarché, un flic observe un pigeon unique, une femme s'écarte en riant, comme si personne n'avait jamais vu ça, ce machin gris qui vole. Une mouette à Montluçon. Le flic désigne les poubelles, aucune n'est faite pour mes épluchures, je repars avec. Sur le quai du métro, les centaines d'usagers se répartissent, ils font la queue par dix devant les futures portes du wagon à venir. La discipline. J'ai pris l'habitude, je suis la consigne avec flegme et une peau de banane. Coréens et chinois Hôtel plutôt chic, bien, pas grand luxe mais bien, aux alentours de Ueno et d'Asakusa. Le petit-déjeuner, avec boulettes de viande, café américain, plâtrées d'œufs, sorte de salade et croissant en caoutchouc, mais pas si mal. Des nuées de touristes asiatiques, parlent, très fort et plutôt tous en même temps, dès sept heures. Coréens et Chinois en famille. Etrange contraste avec les ambiances du dehors immédiat, le silence des rues, le calme des cinq voies, où parfois s'ouvrent les portes des tonitruants Pachinko et leur enfer de bruits, à peine supportables. Les panneaux publicitaires et les quartiers avec diffusions de musiques incessantes ; à Ikébukuro, du jazz glucose à la trompette. À Kagurazaka, de l'accordéon. Dans les quartiers Shibuya, Akihabara, ou Shinjuku : saturations de sons électriques. Et dans les parcs, les grillons boursouflés aux chants stridents.   Kagurasaka Petit restaurant simple, on achète depuis une machine au dehors son plat, on récupère un ticket, on le présente à l'entrée, on vient nous servir. Masako me raconte que la mode coréenne est de se faire agrandir les yeux. Les Américains, d'après les légendes urbaines japonaises, se font inoculer des muscles supplémentaires. Les Françaises travaillent leur nez, les Français leurs cheveux. Très peu de tatouage au Japon, je n'en ai vu que sur les mollets des touristes occidentaux. C'est une toute autre histoire, une toute autre tradition. Jamais vu aucun piercing. Mais j'ai découvert un institut médical où une opération chirurgicale du côté du haut des joues est proposée pour faire naître un sourire. La clinique se nomme « smile and youth ».     Les occidentaux Ils me font marrer les occidentaux. J'en croise beaucoup, chaque jour. Moi de plus en plus à l'aise dans les rues. Poisson dans l'eau. Je chante, je ris, je m'émerveille de tout, je pleure devant la beauté des grandeurs accomplies, les sanctuaires, les jardins, dans des espaces dessinés pour la paix spirituelle, et je suis effaré ici, effrayé ailleurs devant l'immensité de la folie des hommes. Les humains acharnés à construire de l'inhumain, la victoire du collectif, la terreur du commerce, de la performance, de la réussite, et la tyrannie de la vitesse, de la circulation, de la sécurité. C'est la vie, c'est joyeux, fascinant, terrible. Et je croise des occidentaux, pas mal. Certains, très peu, dans mon cas, à l'aise ou paumés, me regardent, on se sourit, complices sans condescendance, on se sait étrangers. On l'est, on va le rester. Tous les autres, la plupart, toisent, regardent ostensiblement ailleurs, dévient, ne veulent pas croiser un occidental, ils se sont intégrés, ils sont imprégnés de la bonne culture, des bons us-et-coutumes. On ne se voit pas, on ne se reconnaît pas, on n'existe pas en tant qu'individu dans la ville, on forme un groupe dans lequel personne ne considère personne outre la mesure de la danse commune, efficace, solide, acharnée. Ils me font marrer ceux-là. Mais je comprends bien qu'ils sont là aussi pour ça, s'oublier. 
 
 Auteurs maison 
Le 11/03/2015
Antiraciste
– Si quelqu'un, ici, peut se vanter de n'être pas raciste, c'est bien moi.
– Permettez! Sur ce plan, je suis au moins aussi irréprochable que vous.
– Moi, je mange fréquemment dans les restaurants chinois. Et on y est toujours bien accueilli par des Asiatiques polis et souriants.
– Eh bien moi, mon coiffeur est homo. Ça ne me dérange pas, même si au début, je l'avoue, ça me gênait un peu quand il me shampouinait.
– Attention! Ma belle-sœur, elle, est carrément noire, mais j'ai pris sur moi. Maintenant, je l'adore. Vous, vous ne fréquentez pas des gens de couleur, semble-t-il.
– C'est exact, mais j'ai des amis arabes. Ça vous en bouche un coin, ça. A la fête des voisins, j'ai mangé le couscous à leur table. Des gens charmants. Vous, vous n'avez pas d'amis arabes, n'est-ce pas?
– Permettez! Un coiffeur homo, des voisins arabes, c'est un peu court pour vous autoproclamer plus antiraciste que moi.
– Parce que, pour vous, une assiette de nems dans un restaurant chinois et une belle-sœur noire y suffisent, peut-être ?
– Je peux vous donner la preuve incontestable que mon ouverture aux autres, à leur différence, est sans limite, donc supérieure à la vôtre.
– Une preuve incontestable ? Fichtre, je voudrais bien savoir laquelle.
– Moi, monsieur, j'ai de bons, de très bons amis racistes, et ça ne me pose aucun problème. Voilà, ça vous suffit, ça ? Claude Bourgeyx, Des gens comme ça, Le Castor Astral 2014
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
911 art.
 
 Vedettes etc.
566 art.
 
 Confs & Perfs
590 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
180 art.
 
 Presse
65 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point