Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Archives

Fabrice Erre
Tous les mêmes

À lire aussi...
 Archives 
Le 30/10/2013
Germain le couteau suisse
Portraits crachés #8
Germain est laid. Il est lourd aussi. Il est rouge, marqué d'une petite croix blanche qui pourrait être élégante mais il est affublé de toutes sortes d'affûtiaux saugrenus, qui lui font sur les flancs des protubérances et des renflements. Cela dit, Germain est très fier de son apparence : il ne s'embarrasse pas des poncifs dominants sur la sveltesse. Il exhibe sa livrée vermillon avec orgueil et répète que l'essentiel, c'est d'être un bon outil. De fait, il est indispensable à son propriétaire, qui le sort pour un oui ou pour un non, pour se curer les ongles et ouvrir sa boîte de maïs, scier une branchette ou revisser une bricole. La grande terreur de Germain dans la vie est d'être perdu. C'est pourquoi il vérifie plusieurs fois par jour la cordelette qui le lie au pantalon. Quand le noeud commence à bâiller, Germain fait claquer sa lame pour attirer l'attention du patron. Le problème c'est que le patron commence à devenir un peu sourd, c'est malheureusement fréquent dans l'artillerie. Par ailleurs, ce que Germain déteste, c'est la saleté. Le thon, en particulier, est une calamité : l'huile, passe encore, c'est plutôt agréable dans les jointures, mais les miettes molles qui viennent s'accumuler au fond des rainures, c'est tout bonnement dégueulasse. Dans ces cas-là, rien ne vaut un bon coup de brosse à dents au savon noir.
 
 Archives 
Le 18/08/2013
Banquette melon
Chère Madame Chignon fruité,
Si vous trouvez ce mot au bon moment, il sera entre un rayon de soleil et la banquette melon du siège 43 de l’allée de gauche du bus de 17h de la ligne 7. Je prends cette ligne chaque soir de la semaine et je peux la plupart du temps garder un œil sur le reflet de votre nuque lorsque l’autobus traverse le grand boulevard ensoleillé du 3° arrondissement. Mais la semaine dernière, un événement incongru est venu perturber cette tendre demi-heure de paix tiède que la bonne grâce de votre silhouette daignait jusqu’alors accorder à mes yeux de vieil homme fatigué. Vous avez échangé votre place favorite avec une affreuse paire d’enfants criards qui n’ont fait pendant tout le trajet que remplacer la pure douceur de votre présence par les éclats disgracieux de leur immaturité hostile. C’est pourquoi je vous serais particulièrement reconnaissant, si vous avez une quelconque forme d’éducation et de respect pour le troisième âge, de reprendre vos anciennes habitudes afin de ménager les dernières heures solitaires d’un vieux monsieur respectable.
Bien affectueusement, Monsieur Canne en buis.
 
 Archives 
Le 06/05/2012
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
927 art.
 
 Vedettes etc.
576 art.
 
 Confs & Perfs
641 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
196 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point