Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Archives

Paul Martin
Innovations (5)

À lire aussi...
 Archives 
Le 01/07/2014
 
 Archives 
Le 07/09/2013
Si Dostoïevski écrivait aujourd'hui
La réponse de l'éditeur
Cher monsieur Dostoïevski, Nous avons lu votre roman intitulé "Crime et châtiment" avec l'attention requise. Permettez-moi d'abord de vous dire que le titre ne tient pas ses promesses : le crime arrive beaucoup trop vite, le châtiment n'en finit plus ! Si vous persistez dans l'intention d'écrire du "polar", je vous suggère un nom mieux adapté que Raskolnikov. Tom, par exemple, éviterait à vos lecteurs de s'écorcher la langue. Transposez votre histoire à New York ou à Chicago, Saint Petersbourg, ça ne dit rien à personne. Si vous souhaitez nous présenter à nouveau votre ouvrage, permettez-moi de vous donner quelques conseils : pour commencer, faites durer le plaisir avant d'assassiner la vieille usurière. Soyez plus précis dans la description du crime : nos lecteurs sont friands de "gore", n'ayez pas peur d'en rajouter. Il est impératif que le sang éclabousse les murs. Lorsque Tom/Raskolnikov tue Elisabeth surgie inopinément au moment du crime pourquoi ne la violerait-il pas ? Ante, ou post mortem à votre convenance. Au point où il en est, il se sera pas condamné plus lourdement. La dimension sexuelle est en effet très absente de votre manuscrit si l'on excepte quelques allusions au fait que Sonia se prostitue. Une piste que vous n'exploitez pas assez : nos lecteurs ont envie d'en savoir plus : Sonia a-t-elle une ou des "spécialités" ? Accepte-t-elle la sodomie ? Autant de questions sur lesquels glisse votre manuscrit pour s'attarder sur des considérations philosophico-socialo-religieuses qui n'intéressent plus personne aujourd'hui, croyez-en mon expérience d'éditeur. Éliminez sans pitié tous les personnages qui n'apportent rien à votre récit. Le médecin, la servante, la mère, la soeur et son fiancé. Concentrez-vous sur l'intrigue, faites commettre d'autres crimes à Tom/Raskolnikov de façon qu'il devienne "le tueur à la hache" recherché par le FBI qui met sur l'affaire ses meilleurs "profilers". Là, vous tiendrez quelque chose. Quant aux policiers, on ne les sent pas du tout. Ils doivent être plus durs, sujets à des doutes existentiels, préoccupés par leur divorce et la garde des enfants. Inspirez-vous, si nécessaire, des séries qui passent à la télé. Alors au travail, monsieur Dostoïevski ! Re-musclez-nous un peu tout ça avec un seul objectif : tenir le lecteur en haleine et lui foutre les boules. À ce compte-là seulement vous pourrez vous prétendre écrivain.
 
 Archives 
Le 15/04/2014
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
927 art.
 
 Vedettes etc.
576 art.
 
 Confs & Perfs
641 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
196 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point