Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Archives

Lionel Serre
Ivresse sans ordonnance...
et sans les effets secondaires !

À lire aussi...
 Archives 
Le 14/03/2011
Jean-Pierre
"Dieu, dans sa très grande mansuétude, a dissocié la beauté des aliments de leur caractère rassasiant. Ainsi n'a-t-on jamais entendu un homme dire que, pendant la guerre, il avait mangé des choux romanesco alors que des rutabagas, oui. Il faut bien se l'avouer : un rutabaga, c'est tout de même très laid alors qu'un chou romanesco, c'est une merveille de complexité. Le vocable même : faites couler le terme "romanesco" sur votre palais puis essayez l'âpreté et le ridicule du mot "rutabaga". 
"Ro-ma-nes-co" vers le haut. "Ru-ta-ba-ga" vers le bas.  
Il est des évidences comme celles-ci, voyez-vous, qui vous font admettre l'existence imbriquée, tissée, du Très-Haut et cela dans les mots mêmes." 

Jean-Pierre P., pasteur, professeur de phonétique, de phonologie, de linguistique et de macramé à l'Université Populaire de Chollet.
 
 Archives 
Le 01/04/2010
 
 Archives 
Le 17/01/2012
Un public (presque) unanime
L’immense Jules – Amédée – Barbey d’Aurevilly sortit un soir fulminant d’un spectacle théâtral qu’il jugeait fort médiocre. Il croise un critique parisien en vue et ce dernier s’adresse à l’artiste : - Alors mon cher Barbey, qu’avez-vous pensé de la pièce de X ? - C’est détestable, abominable et j’en oublie… - Barbey, je ne vous comprends pas, LE PUBLIC a adoré… Et Barbey de répondre, magnifique, définitif : - Oui mais il est bien le seul !
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
898 art.
 
 Vedettes etc.
560 art.
 
 Confs & Perfs
589 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
180 art.
 
 Presse
65 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point