Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Auteurs maison

Jean-Michel Ribes
Intégrale de la présentation de saison 2017-2018

Live de la présentation de saison 2017-2018 du... par WebTV_du_Rond-Point
Lundi 29 mai 2017. Rebelote : encore une fois, ce soir-là vous regardiez les Molières à la télé et vous regrettez amèrement de n'avoir pas choisi de passer la soirée au Rond-Point où Jean-Michel Ribes présentait la saison 2017-2018. Pas de souci, la voilà en intégrale rien que pour vous. Allez chercher de quoi vous rafraîchir et vous sustenter à la cuisine, le voyage dure 2 heures 50 minutes et 11 secondes.
À lire aussi...
 Auteurs maison 
Le 19/11/2014
Vous avez perdu votre langue ?
– Vous avez perdu votre langue ?
– Ben oui, c’est idiot, je l’avais tout à l’heure.
– Elle ne doit pas être loin alors…
– C’est malheureux, je m’en suis servie il n’y a pas si longtemps et puis là, impossible de remettre la main dessus…
– La main sur votre langue ?
– C’est énervant. Qu’est-ce que je vais faire sans elle ?
– Pas de panique. On devrait pouvoir la retrouver. Elle était comment ?
– Ma langue ?
– Comment voulez-vous que je vous aide à la retrouver si vous ne me la décrivez pas un minimum ?
– Bien sûr. Mais ce n’est pas facile…
– Faites un petit effort ! Elle était comment je vous demande ? Vive ? Littéraire ? Populaire ? Argotique ? Soutenue ? Claire ? Commune ? Naturelle ? Construite ?
– Un peu tout ça, oui, ça dépend des moments…
– Vivante ?
– Vivante, ça oui !
– Le lendemain des soirées que je passe avec vous. Pâteuse même on peut dire.
– Vous ne m’aidez pas beaucoup…
– Je sais bien. En tous cas, elle m’était très utile. Aussi bien au quotidien, quand je faisais mes courses que dans ces moments de béatitude où je flirte avec les étoiles. Elle était ma compagne fidèle, mon rapport aux autres. Elle était changeante, inattendue, originale parfois. Et puis amicale, chaleureuse, colorée. Enfin, elle avait son caractère. Parfois, elle était plus ombrageuse, plus mélancolique. Mais elle était joueuse, elle me mettait des mots au bout d’elle-même que je perdais, que je n’arrivais plus à retrouver et puis qui me revenaient. Quand je m’y attendais le moins. Elle m’exprimait à demi-mots. Elle s’échappait bien parfois un peu mais jamais très longtemps. J’avais besoin d’elle. Elle était pour moi tellement… maternelle.
– Ecoutez… J’ai l’impression qu’elle vous est revenue…
– Vous croyez ?
– À mon avis, il suffit de parler d’elle pour la faire revenir.
– Pourvu…
 
 Auteurs maison 
Le 20/01/2011

La coupure
Un film de Pierre Notte et Jean-François Mariotti
Alors qu'il joue au Rond-Point sa pièce Et l'enfant sur le loup, écoutez Pierre Notte raconter les étranges jeux qu'il jouait enfant devant son miroir...
 
 Auteurs maison 
Le 04/11/2014
Qu'importe le flacon
Article paru conjointement dans Le 1 n°30

Hier, au comptoir d'un bistrot parisien quai des Célestins, un Américain, médecin de son état, amoureux de Paris et des vins français, m'expliquait avec un accent yankee que le chablis dont il s'abreuvait faisait chanter ; qu'il y a quinze ans, quand il venait à Paris, personne ne comprenait l'anglais et qu'aujourd'hui tout le monde le parle. « Tu es content ou non ? ». A vrai dire, la langue m'importe peu, c'est ce qu'elle véhicule qui m'importe. Si parler anglais rend plus intelligent, parlons anglais. Si l'italien et l'espagnol, mêlant leur vocabulaire au nôtre, nous permettent de mieux dire l'amour de l'art ou l'amour tout court, accueillons-les à cœur ouvert. Si la grammaire allemande s'empare de la nôtre, nous permettant ainsi de mieux exprimer les tréfonds de notre âme, vive l'allemand. Une langue, c'est d'abord l'esprit. Si une autre vient l'enrichir en pensée, l'échangisme me semble salutaire. Quelques mots d'arabe par exemple dans le dernier livre de monsieur Zemmour auraient rendu son français moins odieux. Pas d'inquiétude. Que les puristes, les intégristes du Littré se rassurent, notre langue dès qu'elle est lumière n'a besoin d'aucune frontière pour la protéger. Rabelais, Racine, Nerval, Queneau, Guyotat et quelques autres s'en chargent, rappelant à tous qu'elle aide à vivre les hommes. Cet article est paru
dans le n°30 de l'hebdo Le 1
partenaire de ventscontraires
et du Théâtre du Rond-Point
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
922 art.
 
 Vedettes etc.
570 art.
 
 Confs & Perfs
636 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
183 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point