Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Vedettes etc.

Les bonus de la saison
Anne Kessler a grandi à la Comédie-Française

Anne Kessler joue et dirige Coupes sombres, de Guy Zilberstein, comme une reconstitution. L'auteur va-t-il se laisser amputer par sa metteur en scène ? Pièce en abîme et en délicatesse sur le temps secret des répétitions.

Formée à l’École du Théâtre national de Chaillot, Anne Kessler entre à la Comédie-Française en 1989 et est nommée 488e sociétaire en 1994.Elle y joue notamment sous les directions d’Alain Françon, Jacques La ssalle, Jean-Pierre Vincent, Jean-Luc Boutté, Lukas Hemleb, Muriel Mayette-Holtz, Catherine Hiegel, Christophe Rauck, Denis Podalydès, Lee Breuer ou encore Arnaud Desplechin. En tant que metteure en scène, on lui doit Trois hommes dans un salon d’après l’interview de Brel, Brassens, Ferré par François-René Cristiani, Les Naufragés ; Thomas Voltelli et Coupes sombres de Guy Zilberstein, La Double Inconstance de Marivaux et La Ronde d’après Arthur Schnitzler.En dehors de la Comédie-Française, elle a mis en scène au  Studio des Champs-Élysées Des Fleurs pour Algernon de Daniel Keyes (prix du meilleur spectacle privé 2013).
Anne Kessler est également peintre et vidéaste. Au cinéma, elle a joué pour Éric Rochant et Coline Serreau.
Propos vidéo recueillis par Jean-Daniel Magnin
 
 

À lire aussi...
 Vedettes etc. 
Le 10/12/2018
Christophe Alévêque : Macron
Christophe Alévêque revient bien sûr 10 RENDEZ-VOUS DANS LA SAISON :
LES DIMANCHES 21 OCTOBRE, 25 NOVEMBRE, 20 JANVIER, 24 FÉVRIER, 17 MARS, 7 AVRIL ET 26 MAI À 18H30
DIMANCHE 9 DÉCEMBRE À 19H
LES SAMEDIS 24 NOVEMBRE À 20H30 ET 23 FÉVRIER À 18H
 
 Vedettes etc. 
Le 21/02/2011
 
 Vedettes etc. 
Le 01/04/2010
Florence Aubenas
Rire en pleine catastrophe
"Il faut commencer par se souvenir de l’Algérie en 2003, au moment où un tremblement de terre avait ravagé la moitié de la côte, entre Alger et Boumerdès, suivi par un torrent de boue qui avait submergé Bab-El-Oued, puis par une secousse qui avait fini d’anéantir les rares bâtiments encore debout. Les sauveteurs n’ont aucun matériel, même les pioches manquent. Ils sont à genoux et déblayent des montagnes de décombres avec leurs ongles. Des cris, des appels percent parfois sous les gravats, très forts d’abord, puis de plus en plus faibles jusqu’à s’éteindre. On parle de 2500 morts, mais il y en a tant qu’aucun bilan ne réussit à les chiffrer, et tant de réfugiés que l’horizon se couvre de tentes.
Ceci est aussi le début d’une histoire drôle, vous allez voir. Ou plutôt une histoire de rires.
La présidence et l’armée ont pris l’organisation des secours sous leur coupe et en ont fait leur domaine réservé. Dans le pays, rien ne doit échapper à leur contrôle, même pas le malheur. Des barrages sont dressés sur les routes et à l’entrée des camps sinistrés. Tout citoyen qui, dans un élan de solidarité, tente d’apporter aux réfugiés de l’aide, du pain, des vêtements, est refoulé comme un brigand. L’Etat a décrété qu’il s’occuperait de tout : « Chaque sinistré aura droit a un repas chaud par jour. »
L’été approche, juin est déjà bien entamé. Il fait plus de 40 degrés sous les tentes. Dans un camp près de Boufarik, un scout en grand uniforme distribue le fameux « repas chaud » : macaronis et œufs durs, ce jour-là. Les rescapés prennent les œufs mais tous, ou presque, remercient pour les pâtes : « Il fait trop chaud, l’eau manque… » Le scout ne dit rien d’abord, mais on le sent fulminer. D’un coup, il finit par hurler : « Maintenant ça suffit. On a dit qu’il fallait un repas chaud par jour. Celui qui ne prend pas ses macaronis n’aura pas droit à l’œuf. » Encadrée par des gradés, armes au côté, la file des rescapés s’est immobilisée, gamelle à la main. Plus un bruit, sauf celui des bottes. C’est Ahmed qui a ri le premier, ce maçon qui a perdu toute sa famille dans l’effondrement de son immeuble. Puis, Mouloud – dont un enfant sur six a survécu – commence à glousser, puis Djamila, qui est sans nouvelles de ses parents, puis tout un groupe de footballeurs, miraculés de l’effondrement d’un stade, se met à hoqueter à son tour. Et voilà le camp entier secoué de spasmes irrépressibles, des dizaines de réfugiés qui pleurent de rire devant le petit scout en uniforme. A ce rire-là, donc, à tous ces rires-là."
Florence Aubenas, journaliste, écrivain


Article édité dans le catalogue Le Rire de résistance, BeauxArts éditions et Théâtre du Rond-Point
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
911 art.
 
 Vedettes etc.
566 art.
 
 Confs & Perfs
602 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
183 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point