Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Auteurs maison

Les bonus de la saison
Lazare : Théâtre et révolte, avant la manifestation des gilets jaunes ?

Rencontre au bar du Rond-Point avec Lazare, auteur et metteur en scène de Sombre rivière qu'il présente en décembre 2018 dans la grande salle du Théâtre du Rond-Point

Rond-Point – En quoi Sombre Rivière parle d’aujourd’hui et de demain ?
Lazare –
Aujourd’hui, beaucoup de personnes n’ont plus de rapport avec leur récit, avec leur vie, avec leur histoire. Ils sont déconnectés de leur propre parole. L’acte de parler, de raconter, est très important afin qu’on puisse justement faire société ensemble. Le monde n’est peut-être pas si séparé que l’on veut nous faire croire, et pour sentir cela, il nous faut le nommer perpétuellement, lui inventer de nouveaux noms à chaque geste.

Entretien vidéo Jean-Daniel Magnin
Entretien texte Pierre Notte


À lire aussi...
 Auteurs maison 
Le 10/12/2012
 
 Auteurs maison 
Le 24/02/2015
Recette de la confiture de vieille
Pour faire de la confiture de vieille, il faut une vieille, bien mûre. La passer sous l'eau pour la débarasser de toutes ses impuretés. Retirer les poils. Le noyau. Se saisir d'une grand chaudron de cuivre, pousser la vieille dedans, l'écraser avec un pilon jusqu'à obtenir une pâte juteuse et odorante. Rajouter une même quantité de sucre et poser sur la flamme. Faire cuire, lentement, en tournant avec une cuillère en bois que la vieille ne caramélise pas et n'accroche pas au fond. Trois heures plus tard, la confiture de vieille est prête. Faites entrer les enfants. Trancher de généreuses tranches de pain et étalez dessus la confiture de vieille encore tiède. Les enfants se régaleront. A la question, elle est où mémé, dites qu'elle est à l'hospice parce qu'elle va mourir seule abandonnée des siens. Les enfants, habitués à ce genre de réponse, rassurés de savoir la vieille abandonnée dans son pipi, se régaleront de cette confiture de vieille sans savoir qu'ils bouffent leur mémé. On ne peut pas toujours tout dire aux enfants.
 
 Auteurs maison 
Le 19/03/2015
Avis aux étranges pas d'ici
Vrai,
il y a beaucoup trop d’étrangers dans le monde et pas assez d’ici
PREUVES :
Les mille-pattes ont 998 pattes de trop
Les grenouilles ont les pieds palmés, en seront disqualifiées.
Les martinets sont en excès de vitesse autorisée
Les termites piquent
Les poissons n’ont pas les yeux en face de nous
Les anguilles sont en trou
Les coquillages sont en voie de dissolution avancée
Les autruches ont un long long cou de bambou
Girafes même tonneau d’en haut
Les cucurbitacées tout le contraire
Hé, les gnous
Assez de ces troupeaux de you !
Hou !
Les crabes ont la peau dure et en plus ils sont chauves
Les rhinolophes zéro cheveux non plus
Les scarabées ils sont horodatés
Les scorpions-cafards des horrifiques et ratés
Les requins-marteaux sont fous de nous
pas nous
Cétacés très périmés
mal bien barrés
Tranchons leurs six bras aux pieuvres et huit aux araignées
Les renards et les belettes savent plus rien nous chanter
Les popotames marigotent dans la pataugasse
Les paresseux pendouillent comme des cheveux      
Les fouines fouinent
Les escargots escargassent
Les gros noirs font la fête
Les petits gris font la tête
Les singes ont un visage simiesque
Les humanoïdes sont livides
Les autrichiens sont des chiens
Les belges parlent pas tous français
Les wallons, salauds de salon
Les zimbabwéens même pas australiens
Les bocheux, comprend rien
Les jivaros n’ont que notre peau sur leurs os
Je hais les cambodgiens qui n’ont pas notre nez épatant
(Pas tant que ça au fait)
D’ailleurs, d’ailleurs, d’ailleurs tous ces gens sont d’ailleurs
Les terre-adéliens sont vides
Les indonésiens croient en tout sauf en moi
On n’est plus chez vous
Passez notre chemin !
« Tu » me tues
Vous : s’en fout
Pass your path
Les de ma ville sont des filles
Du village, rancis sur pattes
Mes amis sont mes ennemis
Ma famille s’appelle Emile
La cousine pue des mains
Maman, les pieds plats
Marcel a des aisselles
Moi aussi plus m’sentir (extrait de 22, Placards !, éd.Æncrages, 2014) Avant, arrière, latéral, j’aime les travelings. Particulièrement appliqués au champ littéraire, comme dans le magnifique Autour de Vaduz de Bernard Heidsieck https://www.youtube.com/watch?v=CUPuZzPaFJM , traveling arrière et circulaire qui, par vagues concentriques et sonores, parties de ce trou noir du paradis fiscal préféré des riches allemands et autrichiens, étend son blanchiment aux confins de la planète.
C’est sans doute aussi pourquoi, et plus encore pour son bon sens apparent, je suis resté fasciné par cette sortie du sieur Le Pen, le 13 février 1994 sur Antenne 2 : «  J’aime mieux mes filles que mes cousines, mes cousines que mes voisines, mes voisines que des inconnues et des inconnues que des ennemis. Par conséquent j’aime mieux les Français, c’est mon droit. J’aime mieux les Européens ensuite. Et puis ensuite, j’aime mieux les Occidentaux. »
Eh oui, l’autre est bien étrange, et l’étranger plus encore ! Cette phrase, qui nous frappe d’un bon bon sens, apparemment irréfragable, pose pourtant évidemment question. Car le sens de nos vies n’est pas de nature géographique, déterminé par notre seule situation dans l’espace, et imperméable à nos choix propres. Sans quoi je serais tenu de me sentir moins en affinité avec cet Inuit, qui est devenu mon ami, qu’avec mon voisin facho. Et de Tintin, si loin du Tibet, ne pourrait surgir ce cri, si proche qu’il en est pour ainsi dire à l’intérieur de lui-même, dans un rêve : « Tchang ! » (Tintin au Tibet, p.1.)
Attaquons maintenant le texte lepénien sur son versant formel. Au bout du zoom, poussé à son terme, il y a bien sûr : « ce que j’aime moins que tout, ce sont les non-Occidentaux. » Et lorsqu’on le ramène à son origine, ab absurdo et ad absurdum, il ne peut y avoir autre chose que : « j’aime mieux moi. »
Permettre à chacun d’intégrer qu’existent d’autres moi que moi, c’est précisément l’objectif de l’éducation. Il permettra la vie en société, en civilité, une « civilisation ». Une société dont des membres de plus en plus nombreux arrêtent leur évolution sur un moi pétrifié est en marche vers l’incivilisation.
Et peut-être, au grand dam de Desproges, n’y aura-t-il plus que des étrangers dans le monde ?
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
922 art.
 
 Vedettes etc.
570 art.
 
 Confs & Perfs
631 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
183 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point