Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Auteurs maison

Nos disques sont rayés
Nicolas Mathieu (prix Goncourt 2018), conversation avec Arnaud Viviant
Carte blanche à Actes Sud

Nos disques sont rayés #3 – Festival citoyen des "périféeries urbaines" : carte blanche aux éditions Actes Sud : Nicolas Mathieu (Prix Goncourt 2018) en conversation avec Arnaud Viviant.

Trouver sa voie dans un monde qui meurt.
Une vallée perdue quelque part dans l’Est, des hauts-fourneaux qui ne brûlent plus, le monde des fêtes foraines et du Picon, de Johnny Hallyday et des pavillons, le monde des gagne-petit, des hommes crevés au turbin et des amoureuses fanées à vingt-cinq ans. Prix Goncourt 2018 pour son roman "Leurs Enfants après eux", Nicolas Mathieu raconte la France de son enfance, celle de l’entre-deux, des villes moyennes et des zones pavillonnaires, de la cambrousse et des ZAC bétonnées. Un pays loin des comptoirs de la mondialisation, pris entre la nostalgie et le déclin, la décence et la rage : « Quand j’étais petit, on m’a raconté un mensonge, que le monde s’offrait à moi tel quel, équitable, transparent, quand on veut on peut. Mais un jour, peut-être grâce aux livres, le voile s’est déchiré et j’ai commencé à comprendre. Cette leçon des écarts, des legs et des signes distinctifs, cette vérité des places et des hiérarchies, ce sera mon carburant. » Programmé le 11 février 2019 par Jean-Daniel Magnin pour le Théâtre du Rond-Point Captation Léo Scalco, Sarah Mei-Chan


À lire aussi...
 Auteurs maison 
Le 26/03/2015
Quelques un-e-s
Bruno qui m’a conseillé à un vague repas de famille il y a 15 ans dans quelle école aller et ignore à ce jour la portée de sa phrase.
Didier B. qui n’a jamais répondu au mail où je le remerciais de ne pas m’avoir laissé le choix.
Claude qui un matin de juin 2001 m’a dit Bienvenue – malgré mon regard par en-dessous. Avant de me démolir longuement pour ce même regard – m’obligeant ainsi à relever la tête.
Alain M. qui nous a suggéré d’écrire ce qu’on voulait défendre personnellement – à un âge où jamais un prof ne me l’avait demandé.
Anahita qui me disait "engagement" et je hochais la tête – bien avant de comprendre de quoi il retournait.
G.D qui m’a donné le numéro de portable de G.P et comme un sésame m’a encouragé à appeler.
Manon qui a essuyé mes plâtres.
Gilles qui un après-midi dans un parc a pointé du doigt mes facilités / mes contre-sens / mes approximations – et veille depuis à ce que je n’y retombe pas.
Pierre un jeudi qui m’a laissé ce message que j’ai pris pour une blague – puis pour une erreur – puis pour un malentendu.
Nicolas qui m’a juste dit "c’est très bien" et soudain il m’a semblé que le ciel s’ouvrait pour m’adouber.
Jean-Louis qui répète "scandale" et derrière il y a toute l’histoire de l’humanité.
Laurent qui en 97 portait des salopettes vertes et citait des noms que je ne connaissais pas / qui 16 ans de silence plus tard avait la même voix au téléphone.  
Paulette qui est née en 1914 et répète encore "j’ai toujours été heureuse et je touche du bois."
Fabrice qui aimait débattre de tout tout tout – avant de disparaître sans un mot.
Romain jonglant face à l’océan.
Kamel qui m’a convaincue que le bout du monde ne craignait rien.
Joann qui prouve que dessiner / écrire c’est pareil et m’a démontré qu’une esquisse valait souvent mieux qu’un long discours.
Matthias qui même au rayon jus de fruits semble peser la gravité politique de ses actes – et un siècle de dictatures et de charniers paraît embusqué entre les Tropico.
Béatriz qui écoute chaque détail des aventures des autres comme si c’était vital (pour eux ou pour elle ?)
L. qui s’étonne qu’on ne soit parfois pas d’accord elle et moi alors qu’on se ressemble tant.
Et S. qui – à 22 mois – semble le seul à remarquer combien on se ressemble L. et moi.
Sylvie qui écrase les mégots pied nu / qui a vu et vécu trop de corps humiliés pour minauder – mais s’adapte à ceux qui n’en sont pas encore là.
Jules qui crâne d’être pris en exemple et me remet à ma place du haut de ses 11 ans et de son fauteuil.
Inès qui ne comprend pas comment deux personnes différentes peuvent s’appeler pareil.
Solenn qui met tous ses démons par écrit pour qu’ils lui foutent la paix le reste du temps.
Albert m’obligeant à m’arrêter sur certaines phrases pour soupirer d’admiration.
Laurence qui hérisse les poils de toute l’audience en deux lignes de tragédie et se relève l’air de rien et de défi.
Philippe me promettant que je ne risquais rien en allant au bout de ce que j’entamais. 
Nancy racontant les histoires de Zelda ou Simone / qui depuis des années me souffle des pistes pour me faire mes propres idées – et ainsi la contredire.
David qui discute avec les chiens errants et archive soigneusement sa mémoire dans des cartons – terrifié d’oublier un bout de passé.
Hervé parlant de religion d’une façon qui donne envie d’écrire des cartes postales d’amour à sa grand-mère.
Simon tonitruant – racontant l’enfant revanchard et le jeune homme terrorisé qu’il a été – jusqu’à laisser entrevoir qu’il est aujourd’hui les trois – cohabitant dans un corps de 65 ans.
Valentine qui hésite entre planter des tomates et créer une épopée "mais finalement c’est la même chose."
Robert qui s’est muré dans sa tour de vieillesse bien longtemps avant sa mort – empêchant quiconque de le faire douter.
Marc-Antoine qui s’appuie sur ses peurs et ses carnets impeccables pour déposer l’émotion à fleur de mots.
Joëlle qui s’est sevrée de toutes les addictions sans rien que sa volonté – sauf de son ex-mari : pour ça elle a demandé à Shiva. Et ça a marché.
François qui écrit juste "rires" – rien d’autre et sans ponctuation – et on ne sait si c’est un début ou une fin de discussion. 
Nadine qui allie les macarons Ladurée et les convictions de vraie gauche d’une manière qui fait rêver d’avoir son âge et son aplomb.
Blanche qui – à 30 ans – estime avoir assez fait le vide dans son existence pour se mettre désormais à écrire (son enfance).
Franck qui refuse de croire que ce qu’il dit n’est pas une banalité.
Fabio qui pourrait tout perdre – tant qu’il lui reste ses mains pour s’exprimer.
Jonathan qui pourrait tout perdre – tant qu’il lui reste son cerveau pour l’appréhender.
Paula qui a mis un jour devant elle assez de médicaments pour en mourir et choisi de ne pas les prendre.
Sarah qui ne se préoccupe jamais du résultat puisqu’au moment de l’atteindre elle aura déjà résolu ses questions dans son coin depuis belle lurette.
Christian qui a commencé la rédaction de son journal le jour de son premier cancer et entre deux bouffées de clopes montre les cicatrices sur ses tatouages – ou l’inverse.
Renate qui n’est jamais devenu institutrice parce qu’elle avait 9 ans en 1940.
J. qui semble avoir une vie sans problème – tant qu’on ne remarque pas l’état de ses mains.
S. qui a réussi à faire un enfant qui s’endort comme elle elle vit : en colère et le poing en l’air.
Tchiang qui a oublié pourquoi ce surnom et que la vie a marqué au point qu’il n’est absolument pas croyable que F. et lui aient le même âge – et pourtant.
Ad lib. 19 mars 2015
 
 Auteurs maison 
Le 10/09/2010
Haïku de comptoir 56
Jeanne d'Arc
Fait pipi
Sur le feu
 
 Auteurs maison 
Le 14/10/2010
Haiku de comptoir 71
Rien ne vaut
Une maman
En carton
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
918 art.
 
 Vedettes etc.
569 art.
 
 Confs & Perfs
614 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
183 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point