Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Vedettes etc.

Donatienne Michel-Dansac
La tournée d'une cantatrice 3
Carte postale nocturne de La Plata, Argentine
Donatienne Michel Dansac,ventscontraires.net,Théâtre du Rond-Point
Retour à l'hôtel après le concert,
une pomme, de la musique dans la rue.
Je suis seule pour cette partition d'Aperghis, totalement seule,
un peu comme pour "tourbillons" mais la vidéo en moins.
Donc moins de moi(s) autour de moi.
Seule avant, seule pendant, seule après.
Trop de solitude parfois dans ce métier…
Heureusement il y a ma pomme, la lune et Vénus pour me tenir compagnie.
Très importante Vénus.
Nous sommes aujourd'hui dimanche.

Je vous embrasse, je vous embrasse

> épisode suivant
> 1er épisode

À lire aussi...
 Vedettes etc. 
Le 01/09/2010
Libertude, égalitude, fraternitude
L'autre feuilleton de l'été - ...
En exclusivité pour les aficionados de ventscontraires.net,  voici les meilleures feuilles du livre que Christophe Alévêque publie avec Hugues Leroy chez Nova Editions.
lundi 2 juillet 2007
Accords de Khartoum.
Le conseil du ministre du mardi 3 juillet est prévu à Soudan, petite communauté des Deux-Sèvres, dans le canton de la Mothe-Saint-Héray.
On y attendra en vain la présidente.
Dans la soirée du lundi, en effet, Ségolène Royal s’envole pour le Soudan africain en compagnie de Bernard-Henri Lévy. A peine descendus de l’avion, ils proposent, spontanément, une rencontre à huis clos entre les belligérants de la guerre civile au Darfour. « Depuis le temps que ça dure, explique la Présidente, il faudrait peut-être passer à autre chose : parce que là, je ne vous le cache pas, la communauté internationale commence à en avoir plein le dos. »
La rencontre a lieu le soir même au Hilton de Khartoum. Sous l’impulsion de la Présidente et de son porte-parole, un accord est trouvé en moins de sept heures entre les milices Janjawid, l’Armée de Libération du Soudan, le Mouvement pour la Justice et l'Égalité, l’Armée Populaire de Libération du Soudan, les différents chefs de guerre et les gouvernements de Pékin, de Khartoum et de N’djamena.
Sitôt l’annonce connue, un vaste sursaut démocratique électrise la société soudanaise : le général Omar el-Béchir est destitué sous les vivats de l’armée ; une coalition gouvernementale multiethnique se met en place, emmenée par la socialiste Fatima Ahmed Abdelmahmoud : elle sera confirmée par les urnes trois mois plus tard et mettra sur pied une commission « Franchise et Réconciliation ».
« Une bonne chose de faite, commentera la Présidente au sortir de la réunion. Comme quoi quand on veut, on peut. Et ce n’était quand même pas la mort du petit cheval. »
Dans les heures qui suivent, une immense vague de soulagement s’empare du monde entier — qui n’en pouvait plus de voir depuis cinq ans, l’actualité trustée par ce génocide inexplicable et sans éclat. Les dons affluent, par milliards, sur Internet. Cet enthousiasme planétaire désamorce un début de crise diplomatique entre Paris et Pékin : rappelé dans son pays, l’ambassadeur chinois reçoit sur le tarmac d’Orly un coup de fil lui enjoignant de reprendre le bus pour l’avenue George-V.
A quelque temps de là, la Fondation Total pour le Bien-Être des Pauvres qui ont du Pétrole (FTBEPP) annonce un programme de dispensaires gratuits dans le sud Soudan — malgré les protestations de la China National Petroleum Corporation, qui a des intérêts dans la zone. Le Fonds Areva pour l’Avenir de l’Énergie et des Peuples qui ont de l’Énergie, mais pas d’Avenir (FAAEPEA) fait savoir qu’il prend à sa charge le rapatriement des populations déplacées — malgré les protestations de la China National Nuclear Corporation qui extrait de l’uranium dans la région. La tragédie du Darfour est close.
L’initiative française soulève de vives critiques à l’ONU : le premier Secrétaire Général Ban Ki-moon déplore de la « précipitation coupable » avec laquelle l’affaire a été menée, « sans concertation aucune avec les instances internationales ».
En France, la droite — par la voix Charles Pasqua — tonne contre une « initiative boum-boum » qui « manque de correction » et ravale « la politique africaine de la France au rang de l’amateurisme ».
Le Parti socialiste lui aussi se montre très réservé, sans trop savoir pourquoi. Une déclaration de Benoît Hamon résume bien le sentiment général : « Ben je sais pas… Quand on est socialiste, et qu’on voit une initiative comme ça, super concrète, qui donne des résultats… Et que tout le monde est content… C’est permis d’avoir des doutes, quand même. » Le divorce se creuse entre la Présidente et son parti.
Enfin, une protestation unitaire montée par l’extrême-gauche : « Tout ça, c’était pour le pétrole », se solde par un cuisant échec : deux cents manifestants d’après les organisateurs, et Olivier Besancenot d’après la police.
Selon une enquête indépendante menée par une ONG, les accords de Khartoum ont permis d’épargner plusieurs centaines de milliers de vies

La suite demain...
 
 Vedettes etc. 
Le 06/03/2017
 
 Vedettes etc. 
Le 21/04/2011
Accident vasculaire cérébral
Stéphane Paoli
"AVC, autrement dit accident vasculaire cérébral. Paralysé à gauche et privé de paroles il m’avait laissé conscient. J’avais le temps d’y réfléchir. Une ambulance arrive dont le brancardier parle avec l’accent du Midi : « Dites monsieur, surtout ne vous endormez pas ! Au moins vous respirez ? Parce que vous savez, ça peut prendre aussi les poumons ! » Cette envie d’arriver vite à l’hôpital. La sirène de l’ambulance couine deux fois et s’enraie, le gyrophare n’est pas mieux, pauvre flash bleu de temps à autre dans la nuit noire. Arrivée aux urgences. C’est samedi, il est 22h45, tout est éteint. « Merde, c’est éteint, dit le brancardier, on le met où ? ». Il se lance dans une course folle, poussant le brancard dans d’interminables couloirs déserts et sombres dont je ne vois que les plafonds, déjà l’autre monde. Des portes automatiques s’ouvrent et se referment à notre passage. Mais après l’une d’elles, le brancardier pile et s’exclame : « Putain, on est dans les poubelles ! » J’ai eu un rire de cerveau et j’ai pensé qu’il faudrait que je le raconte. Du coup, j’ai été sûr de retrouver la parole."
Stéphane Paoli, journaliste

Article édité dans le catalogue Le Rire de résistance, BeauxArts éditions et Théâtre du Rond-Point
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
887 art.
 
 Vedettes etc.
552 art.
 
 Confs & Perfs
578 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
176 art.
 
 Presse
65 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point