Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Archives

Thomas Vinau
Blaise Cendrars, clochard céleste
Portrait 8
 Dans la famille des flibustiers en chef, il n’était pas concevable de ne pas saluer le père Blaise. Frédéric Sauser, dit Blaise Cendrars (1887-1961)  est le roi de la cour des miracles. Il fut, entre autres, vendeur de cercueils, cultivateur de cresson, apiculteur, trafiquant de couteaux et de tire-bouchons. Il fut surtout poète, aventurier, légionnaire, éditeur, découvreur de talents. Il a tout fait avant les autres. À quinze ans, il part en train jusqu’à Moscou puis traverse l’Eurasie en Transsibérien. Il laisse ensuite un bras dans le ventre de putain de la Grande Guerre. Après la Légion, c’est le journalisme. Il traverse le monde. Habite dans une chambre de bonne à Londres avec Charlie Chaplin. Fait découvrir l’Afrique aux Surréalistes. Fait découvrir Henry Miller à la France alors que l’Amérique considère encore cet auteur comme pornographe. Il est le poète du bras gauche. Le premier Beat du 20è siècle. L’ami de tous les peintres. De tous les fous. De tous les prisonniers. De toutes les putes. Des Nègres. Des clodos. Le plus grand suceur de mégot du monde. À jamais pour la braise et les cendres.
À lire aussi...
 Archives 
Le 28/09/2014
 
 Archives 
Le 10/11/2015
 
 Archives 
Le 16/08/2010
Quand la politique dépasse la fiction
Ça fait maintenant plus d’un an que j’ai décidé d’écrire des nouvelles ou des romans de science-fiction. Ça ne se passe pas trop mal, mais j’avoue être confronté à une difficulté à laquelle je ne m’attendais pas. Je me creuse les méninges pour imaginer des trucs délirants mais au final, je dois me rendre à l’évidence, dès que je veux faire de la politique-fiction, j'arrive toujours en deçà de la réalité. Quelques exemples ?
- Des politiciens qui dirigent le pays en fonction des désirs d’une poignée de personnes préférant rester dans l’ombre.
- Un président qui déclare la guerre à une partie de la population du pays qu’il dirige.
- Des parents mis en prison pour des crimes commis par leurs enfants.
- Des grandes familles qui s’allient et transmettent le pouvoir à leurs rejetons. - Des zones dans lesquelles la police ne peut intervenir qu’en envoyant des troupes d’élite, lourdement armées.
- Des tentatives pour repérer et ficher les "individus à tendances criminelles" dès leur plus jeune âge.
- Des interventions militaires destinées à protéger les intérêts de puissantes compagnies privées – dans le jargon, on appelle ça des guerres corporatistes.
- Une dégradation de l’environnement niée par des politiciens aux ordres de ces mêmes compagnies…
Et cette liste de bonnes idées, hélas déjà prises par le gouvernement, n’est pas exhaustive. Reste à espérer que nos dirigeants ne soient pas des vampires, sinon je n’ai plus qu’à aller pointer chez Arlequin.
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
927 art.
 
 Vedettes etc.
576 art.
 
 Confs & Perfs
641 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
196 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point