Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Auteurs maison

Jean-Michel Ribes
L'Almanach de l'auteur dramatique - juillet-août
En hommage à Alexandre Vialatte qui ne l'était pas
Pour ne vexer ni César ni Auguste, l'auteur dramatique ne dissocie jamais juillet et août. Pour lui c'est un seul mois, comme Roux et Combaluzier sont un seul ascenseur. A cette période les mathématiques lui semblent accessibles, la fabrication de l'huile d'olive aussi. C'est souvent son anniversaire quand ce n'est pas en décembre. Il se lève à la belle étoile et se couche sous les nuages. Son numéro de téléphone préféré se termine par un 4, son musicien favori est Erik Satie et son ami d'enfance est bègue.

Extrait de Multilogues suivi de Si Dieu le veut, © Actes Sud, 2006.

À lire aussi...
 Auteurs maison 
Le 14/07/2015
« Où sont les femmes ? »
C’est une question très technique qui plonge mes compétences dans un abîme de confusion puisqu’il faut d’abord s’entendre sur le sens du mot femme. Même si au cours de ma maigre expérience j’ai eu l’occasion d’en fréquenter pendant les soirées dansantes ou autres fantaisies vétérinaires, je ne peux décemment pas prétendre savoir ce qu’est une femme et encore moins dire où elles se trouvent. Néanmoins, puisque j’ai accepté de me prononcer sur cette question publiquement, mon intégrité ne peut se contenter d’une réponse fumiste et je vais tâcher de m’en sortir par l’habile pirouette de la culture. Au gré de mes lectures, j’ai pu observer que les femmes sont ainsi faites qu’elles se cachent pour vieillir. En revanche, lorsque sonne l’heure de l’apéro, elles ne sont pas les dernières à se damner la cuisse pour un bon Mercurey. Dans certains manuels de bricolage, on souligne que les femmes sont habiles à la carabine du fait de leur sens pratique en matière de composition florale. Les femmes travaillent dans des bureaux roses, sont carmélites ou pompiers volontaires. On en trouve parfois recroquevillées sous une auto bon marché dans l’espoir qu’un jour meilleur vienne balayer leur mari hors du véhicule. Quelques autres préfèrent vivre en meute, (« entre femmes » dit-on pudiquement) ou d’autres encore lisent des poèmes d’avant-garde. La rumeur populaire raconte que seule la femme peut enfanter et cuisiner un couscous mais quelques auteurs brillants prouvent modestement le contraire. Dans la plupart des grands classiques littéraires qui peignent la nature des femmes, j’ai relevé un goût farouche pour la couleur beige, les gros nibards et les contrepèteries infantiles. Au détour de mes meilleures lectures à ce sujet, j’ai pu examiner que quelques femmes s’adonnent à la vie avec une fureur mêlée de poivre et de distance qui confère à leur existence un caractère rudement sexy. D’autres par contre, portent le poil nu et ras, à l’instar de ces petits chiens hideux que l’on s’arrache sur le marché boursier. C’est tout ce que je peux vous dire à ce sujet. En attendant le silence, je vous propose d’alimenter cette brève réflexion à l’aide de quelques ouvrages de référence sélectionnés pour l’occasion. Bien à vous, Nicole
 
 Auteurs maison 
Le 18/12/2015
Twistons, que le vin chaud coule à flot
Chaussons les après-skis et que le vin chaud coule à flots Il flotte une odeur de cannelle Nous avons tous des bretelles Des pulls et des fuseaux    Après avoir descendu quelques pistes Des rouges, des bleues, des noires, des vertes Nous voici sur celle de la danse Vingt-deux v’la le twist Wow les jolies vacances
 
 Auteurs maison 
Le 13/07/2013
Au secours !
Sous l'opéra de Paris se trouve un lac ou nagent des carpes. Dans l'opéra de Paris se trouvent des salles ou dansent des rats. L'Opéra de Paris, quand j'ai bu, moi j'évite ! Je préfère aller me balader sur les Grands Boulevards.
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
898 art.
 
 Vedettes etc.
560 art.
 
 Confs & Perfs
589 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
180 art.
 
 Presse
65 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point