Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Archives

Andrea Marcelli
Silvio Blues
Carte postale d'Italie
Il était un Dieu. Pain béni pour son peuple. Il se tenait à l’écart, pensif, le front courroucé, les manches de chemise retroussées, prêt à bondir pour rétablir la justice juste, la vérité vraie, il aurait fait s’il avait pu, si on l’avait laissé travailler, il aurait fait plus, des blondes aux belles dents, des tortures câblo-satellitaires, des érections post-mortem…
Il était un Dieu élu… Produit d’une démocratie d’arrière cour, appelé pour la redresser, fort de son charisme sans faille, je vous le dis messieurs, du pain béni pour son peuple, transe nationale, nouvelle sorcellerie, unis jusqu’à l’apothéose finale, à l’unisson, les gorges déployées, les bras levés, dans une pétaudière de ritournelles publicitaires…

Illustration : Federico Saggini
À lire aussi...
 Archives 
Le 03/09/2010
 
 Archives 
Le 26/03/2014
L'objet du délire #1
Je vais chez mon père.
Je vais chez mon père. J'allume la télé. J'essaie d'allumer la télé. Cinq télécommandes me regardent en grimaçant. Un troupeau de hyènes. J'appuie partout. Rien. Les hyènes me bouffent les mains. Je vais chez mon pote Antoine. J'allume la télé. J'essaie d'allumer la télé. Six télécommandes. Je tapote. Même tarif. Dévoré. Partout où je vais, je vois des télés et j'essaie de les allumer et partout j'échoue, partout, je n'ai pas le bagage technique, je n'ai plus les qualifications requises, je suis dépassé, je suis Jean Dujardin dans The Artist à l'heure du parlant. Périmé. Mon seul plaisir, c'est quand un ami déboule chez moi et essaie d'allumer la télé. Je le vois échouer aussi. C'est ça le progrès, l'échec de l'homme devant une télé. Un jour, ils construiront des écrans que plus personne ne saura allumer, pas même les installateurs, pas même les ingénieux ingénieurs, on sera tous disqualifiés, on regardera nos reflets satinés de mélancolie dans les parallélépipèdes rectangles éteints et de l'autre côté, les gens de la télé se suicideront en se pendant aux projecteurs des plateaux avec leur cravate violette, et ça sera la fin de l'ère télévisuelle et nous serons libres et nous mourrons de liberté. Et quand le dernier homme aura enfin disparu, la terre tout entière sera peuplée de milliards d'écrans noirs qui se demanderont comment ça s'allume, un homme. Bien fait.
 
 Archives 
Le 03/02/2014
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
927 art.
 
 Vedettes etc.
576 art.
 
 Confs & Perfs
641 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
196 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point