Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Archives

Zoun
Tohu-bohu / Le banc magique

À lire aussi...
 Archives 
Le 19/09/2012
Un homme bien avisé
"- Ce que nous allons faire maintenant pour la première fois ensemble n'est pas anodin Marcel... As-tu au moins pensé à bien nous protéger ? - Ne t'inquiète pas ma chérie. J'ai pris une assurance bris-de-glace pour la voiture et un complément pour l'autoradio. Sans franchise."
 
 Archives 
Le 02/03/2011
L'oeuf et la poule
Question métaphysique
Qui de l'œuf ou de la poule est apparu le premier? Bien sûr, s'il fallait l'écouter, Darwin répondrait l'œuf. Heureusement, les replis des soutanes abritent des objections imparables. Il ne faut pas prêter l'oreille à Darwin. Et d'ailleurs, Darwin ne rend pas les oreilles qu'on lui prête. La bonne réponse à cette question métaphysique, l'unique, l'indiscutable réponse est… Dieu.
Un jour, Dieu pondit un œuf. Et Dieu, examinant cet objet d'une forme parfaite, vit que cela était bon. Il s'interrogea longtemps, abîmé dans une profonde méditation, se priant lui-même de lui apporter la clé à ses interrogations : à quoi cela peut-il servir ? Il posa par-dessus son gros cul divin après l'avoir orné de plumes duveteuses. Une fantaisie qui lui prenait de temps en temps, les soirs où il se rendait au Lido. Il vit que cela était bon. Puis Dieu reprit sa réflexion. Après avoir créé la terre et les cieux, séparé la lumière des ténèbres, fait pousser les montagnes et les déserts de sable, après avoir inventé les océans et le pâté de lapin, Dieu n'avait plus rien à faire et s'emmerdait menu. Il s'abandonnait à la contemplation et cherchait à comprendre le sens des choses, même des plus futiles comme cet œuf. Vingt-et-un jours plus tard, la coquille de l'œuf se fendilla, un poussin naissait.
Devant cet extraordinaire événement, Dieu pondit de nouveau un œuf. Il n'attendit pas vingt-et-un jours. Il inventa alors la mouillette. Et Dieu vit que cela était bon.
 
 Archives 
Le 06/07/2011
Le pass... à l'as !
Créé par Ségolène Royal et adopté il y a plus d’un an, le pass contraception est distribué dans les lycées depuis fin avril. Grâce à lui, les lycéens peuvent recourir de façon anonyme et gratuite à la contraception, via trois coupons, utilisables deux fois au cours de leur scolarité.
Mais les directeurs des lycées privés, donc catholiques, ne l’entendent pas de cette oreille. Ni de l’autre du reste. Dans leur écrasante majorité, ils refusent le pass, allant jusqu’à le confisquer aux infirmières de leurs établissements. A sa place, ils prônent l’abstinence qui reste, comme chacun sait, le meilleur moyen de vivre à fond sa vie de cloche, pardon, sous cloche. Pour les aider dans leur vertueux combat, je leur suggère de lancer au sein (sein qu’ils auront couvert au préalable car ils ne sauraient le voir) de leurs lycées une campagne publicitaire, inspirée d’une autre plus connue, avec l’affiche et le slogan suivants : « Le pass contraception, il ne passera pas par moi ! »  Je précise que la connerie, de son côté, continuera à passer très bien. Mais il faut savoir ce qu’on veut.
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
927 art.
 
 Vedettes etc.
576 art.
 
 Confs & Perfs
641 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
196 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point