Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Auteurs maison

Jean-Daniel Magnin
Mazen Kerbaj : "Il faut rire de tout, surtout de ce dont on ne peut pas rire"
Un dessinateur libanais en résidence au Rond-Point

Illustrateur de presse, croqueur de BD, open trompettiste et peintre sur carnets de note, Mazen Kerbaj s'éloigne de Beyrouth en septembre-octobre pour s?acoquiner pendant deux mois avec l'équipe de ventscontraires.net. Premier contact

Le Théâtre du Rond-Point développe depuis plusieurs années une thématique autour du rire de résistance. C'est quoi pour toi, le rire de résistance ?
Je suis né en 1975 avec la guerre civile qui a fini en 1990. J'ai donc vécu mes premières années en guerre civile. Depuis on dit que c'est la paix au Liban, mais il y a eu quelques petites guerres depuis. Quand on vit à Beyrouth, on n'est jamais vraiment en temps de paix, on est toujours en guerre ou entre deux guerres et on ne sait jamais quand la prochaine va arriver. Cependant je dois dire que je suis bien content de vivre là-bas malgré tout. C'est une vie où on exprérimente chaque jour que le rire et la résistance sont deux choses qui vont naturellement ensemble. La résistance contre la folie qu'il y a autour, contre la réalité dont on ne peut s'échapper, contre la guerre, la politique, la corruption... Il n'y a pas d?autre solution, il faut absolument rire de tout, surtout de ce dont on ne peut pas rire. Je ne peux résister que par le rire et mon rire ne peut être qu'un rire de résistance dans le sens où il est toujours opposé à une situation le plus souvent lugubre, déprimante et pas drôle du tout à laquelle je réponds par quelque chose de drôle. J'ai rarement eudes idées drôles dans l'absolu, pour elles-mêmes, c'est vraiment en réaction. Mon rire et celui que j'essaie de déclencher sont forcément de résistance. Bien sûr, en temps de guerre, tu ne peux pas parler des coquelicots, tu vas parler de la situation que tu vis et combattre cette situation par ton art. Mais je déteste l'idée de l'artiste engagé avec un message à faire passer. Je trouve ça assez péremptoire. Si un artiste veut donner son avis sur la politique je ne suis pas contre, mais qu'après il se positionne en porte-étendard, je trouve ça complètement ridicule. L'art n'a pas à jouer un tel rôle. Même les artistes qui se sont fait emprisonner, torturer, assassiner sous des régimes dictatoriaux étaient avant tout des artistes.

> Mazen Kerbaj, rencontre-mini concert à la librairie du Rond-Point le samedi 17 septembre à 18h30 et exposition jusqu'au 14 octobre 2011
En partenariat avec les associations libanaises ASSABIL, les amis des bibliothèques publiques, et KITABAT, association pour le développement des ateliers d'écriture, et avec le soutien financier de la Région Ile-de-France


À lire aussi...
 Auteurs maison 
Le 11/10/2010
Le froid
Quand j'ai froid à l'âme, je m'arrache le coeur.Quand j'ai froid aux pieds, je mets des chaussettes.
Quand j'ai froid au ventre, je tue une passante.
Quand j'ai froid aux mains, je mets des gants.
Quand j'ai froid au nez, je me mouche.Quand j'ai froid aux yeux, je vais me cacher.
 
 Auteurs maison 
Le 09/06/2016
 
 Auteurs maison 
Le 01/01/2013
2013 année collaborative
Les modèles de type collaboratif sont de plus en plus chantés comme les seuls à même d'empêcher les mastodontes institutionnels qui gouvernent le monde de nous envoyer dans le mur. Nous avons entre nos mains le savoir, les outils, les moyens de communication. Sur ventscontraires.net, entrez dans le premier espace collaboratif lancé par un lieu de spectacle ; retrouvez-y, hors promo, auteurs et artistes du Rond-Point ; suivez en vidéo (et bientôt en podcast) les "Trousses de secours en période de crise" où économistes, essayistes, écrivains, performers, viennent avec vous retricoter un monde à taille humaine.
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
922 art.
 
 Vedettes etc.
570 art.
 
 Confs & Perfs
636 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
183 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point