Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Auteurs maison

Pierre Notte
À Mona Lisa cette garce
Textos restés à ce jour sans réponse à madame Lisa

1. Jour sans couleur. Votre sourire semble me dire que vous ne voulez de moi que le meilleur. Et rien d’autre. Allez vous faire foutre.

2. Il n'y a de relation facile qu'avec les chiens, les touristes ou les prostitués. Disiez-vous. Je vous envie d’aimer la facilité.

3. Le Louvre est loin et le temps à l’averse. Jamais seul, je me promène avec vous qui n’êtes pas là. Je vous ai cherchée partout. Je ne vous ai reconnue nulle part.

4. Sur ma table de travail, j’exhibe les traces des produits de vous dérivés, les dissèque comme des crapauds. Je me souviens de vous. Je suis certain que c’était ça, aimer.

5. N’écrivez pas. Voudrez-vous bien aujourd’hui avoir l’amabilité de demeurer morte ? Que je puisse ne plus m’éparpiller dans mon deuil de vous.

6. Vous ne répondez jamais. Votre docilité est consternante. Où en êtes-vous de votre deuil de moi ? Quand je pense à tous ces gens qui vous regardent.

7. Ne répondez pas à mon précédent message, je ne veux pas savoir où vous en êtes. Je ne veux plus jamais savoir.

8. Démission postée au musée du Louvre. Ce jour porte la tristesse de réaliser que ces voyages sont désormais avec vous inconcevables. Je ne serai plus votre gardien.

9. Les jours de pluie se font rares. Je passe mon temps à me venger de votre absence. Je ne parviens pas à croire que je vous suis si facile à quitter. Mais j’apprends.

10. Votre absence prend les couleurs des dimanches vides. Elle est partout. Votre absence est partout où vous n’êtes pas. C’est dire.

11. Je vous confiais : « Nous n’allons nulle part. » Votre air semblait ajouter : « et encore, pas même ensemble. »

12. Au risque de vous blesser, j’avoue que souffrir de votre absence devint plus tolérable dès lors que vous n’étiez plus là. Vôtre, toujours où vous n’êtes pas.

13. Il faut que je vous dise, il est possible qu’à vous chercher partout et toujours, sachant que je ne vous trouverai qu’inaccessible ; il est possible qu’à vous chercher sans cesse et partout sachant que je ne vous atteindrai jamais, il est possible que je devienne fou. Et vous embrasse.



À lire aussi...
 Auteurs maison 
Le 16/04/2014
Rêves minuscules de comptoir #12
Je prends toujours le calendrier des pompiers, je suis sûre que les jours sont bien faits.   Je garde tous les horoscopes de l’année dans une boite, comme ça, je sais ce qui m’est arrivé.   Ca serait bien si le sport ça faisait repousser les cheveux.
 
 Auteurs maison 
Le 03/03/2015
L'Ôtre
L’autre ? Non, l’ôtre. C’est comme ça qu’on aurait dû écrire son nom à l’ôtre. Le o pour sa bouille ronde et avenante, et un accent circonflexe qui lui tiendrait lieu de chapeau. Lorsque nous nous croisons l’ôtre et moî, moî avec mon chapeau sur le î, nous levons nos couvre-chefs en signe de civilité et de respect mutuel. Quand nous déciderons-nous à modifier l’orthographe de certains mots essentiels afin d’introduire plus de politesse entre eux, plus de courtoisie, et surtout plus d’empathie les uns pour les ôtres ?
 
 Auteurs maison 
Le 08/08/2010
Haiku de comptoir 32
(L'été au comptoir)
Jésus de Nazareth
Téléphone le jeudi
A sa mémé
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
927 art.
 
 Vedettes etc.
576 art.
 
 Confs & Perfs
641 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
196 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point