Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Auteurs maison

Une chaise, une voix, un texte
Denis Robert : "Le vrai pouvoir n'est pas l'argent, mais la possibilité de rendre public les choses qu'on voudrait cacher"
Sa pièce "La Cravate" va être lue par Jean-Luc Porraz et Miglen Mirtchev au Rond-Point les 29 et 30 septembre et il vient de réclamer 3,6 millions d'Euros en dommage et intérêts à la direction de Clearstream. Quelques questions au journaliste et écrivain Denis Robert:

Après 10 ans d’acharnement judiciaire à ton égard, Clearstream répond que tu as déjà suffisamment été rémunéré en notoriété grâce à eux... Feinte classique d’avocat ou cynisme sans fard ?
Ça ne tient évidemment pas la route une seconde. C'est une défense très grossière venant d'eux qui ont payé 16 millions d'euros un audit suite à mon premier livre. Cet audit n'a jamais été rendu public. Donc 16 millions d'euros pour rien, pour étouffer une affaire. Ce sont eux qui ont lâché 10 millions d'euros  d'indemnité de licenciement à l'ancien PDG viré suite à ce même livre. La presse avait titré que c'était le prix de son silence. La presse n'a pas tort. Il faut se souvenir qu'ils ont lâché 40 000 euros au Monde en avril 2008 rien que pour me proposer dans une page de publicité un marché de dupe. Ils voulaient que je retire mes pourvois contre un arrangement entre amis. Ça les ennuyait beaucoup ces pourvois. Et pour cause. Ils les ont perdus. Ils sont peut être une multinationale mais ils sont pitoyables. Je gagnais beaucoup mieux ma vie avant Clearstream qu'après. En 2000, mon roman "Le Bonheur" s'est vendu dix fois plus que n'importe lequel de mes livres sur leurs manoeuvres. Quant à ma soit disant notoriété, j'existais médiatiquement beaucoup mieux avant Clearstream qu'après ou pendant. Aujourd'hui, même quand je suis invité sur un plateau télé pour un de mes romans, on me parle de Clearstream. Ce sont eux qui ont créé ce climat, qui se sont acharnés sur moi. Pas l'inverse. Je n'ai jamais déposé aucune plainte contre eux. J'ai laissé faire la justice. Dix ans, c'était un peu long. Mais ça valait le coup.

Tu as rencontré pas mal de magnats ou de hobereaux de la finance. Certains t’ont-ils fasciné ?

Fasciné, jamais. Intéressé, touché, agacé, emmerdé, menacé. Un seul peut-être m'a appris une chose essentielle : le vrai pouvoir n'est pas l'argent mais la possibilité de rendre public les choses qu'on voudrait cacher. On en peut pas tout acheter. Il le savait. On est devenu presqu'ami le temps d'une soirée. Après, il était inutile qu'on se revoie. 

Pourquoi as-tu écrit avec Jacky Schwarzmann “La Cravate”, une pièce de théâtre qui met en scène ta rencontre avec un oligarque russe ?
J'en ai fait un oligarque mais à l'origine c'est un intermédiaire dans le pétrole. Un homme d'influence. De grande influence. J'ai transposé ce que nous avons vécu autour d'un match de football. Unité de temps, de lieu. Le football et son monde d'investisseurs, de faisans et d'oligarques est un laboratoire du capitalisme. J'ai envie d'avoir ces bruits du terrain qui remontent, ces écrans de contrôle qui occupent l'espace. Je suis parti d'une situation vécue, mais avec Jacky on a inventé un dialogue où la menace plane et où on ne sait pas très bien avant la fin qui va gagner, qui est le méchant....

Qu’est-ce que tu attends d’une pièce de théâtre après tes livres, les romans, la peinture où tu retravailles tes enquêtes ?
C'est très particulier. C'est ma première pièce. Je l'ai écrite assez vite et assez facilement en échangeant des mails avec Jacky qui ne connaît rien de ce milieu mais qui est très réactif et qui connaît mon travail. Je ne sais pas si ce sera toujours aussi rapide et évident. C'est pour moi un exercice différent du travail de scénariste pour le cinéma ou la bande dessinée. Assez éloigné du roman où la mise en place et la maturation sont plus longues et plus compliquées. D'ailleurs, Niegouchine et Klebert sont des personnages de mon roman La Domination du monde (Editions Julliard) et je suis parti d'une page de dialogue entre les deux sur la question du pouvoir. Je suis assez difficile au théâtre. J'ai eu une période où j'y allais souvent. J'ai même été critique à Avignon il y a une vingtaine d'années. Je n'aime pas l'emphase, ni les longueurs. Il faut que j'y croie très vite. Il faut que les acteurs jouent comme dans la vie. Il faut une tension. C'est ce qu'on a essayé de faire avec La Cravate. Je sais exactement comment parlent mes trois personnages, ce qu'ils font et pourquoi. La musique et les dialogues ont gravés entre mes deux oreilles. J'espère en écrire d'autres. J'en ai une en tête en ce moment. Elle mûrit.

Propos recueillis par Jean-Daniel Magnin




À lire aussi...
 Auteurs maison 
Le 12/12/2012
Cadeau contraire
Au pied du sapin, offrez malin !
 
 Auteurs maison 
Le 23/06/2013
Muscles dans l'ombre
L'art nous a familiarisé avec les ombres portées. Mais qui connait le destin tragique de ces porteurs d'ombre ? Valets silencieux. Esclaves dévoués. Porteurs discrets qui dans la toile portent l'ombre jusqu'à son achèvement. Serviteurs inconnus, souvent masqués d'un coup de pinceau du maitre, ils tiennent les ombres dans leurs mains, les tirent, les allongent, jusqu'à ce qu'elles construisent et quadrillent de leur profondeur le tableau. On ne rendra jamais assez hommage aux porteurs d'ombres portées.  Le soleil sans eux brillerait comme pâle lune. Saviez vous que les porteurs d'ombres n'ont pas droit à la retraite ? Sitôt l'ombre portée, ils finissent en bord de cadre. Porteurs d'ombres sur les poussières. Rendons aux porteurs l'honneur des ombres ! Que justice leur soit faite.  Et lumière rendue !
 
 Auteurs maison 
Le 07/10/2015
Noble sport
A la boxe, il faut être deux, maximum quatre. Il faut des gants de boxe, à la limite des gants de cuisine rembourrés. Il faut un short, à la limite une robe de chambre à molletons avec dans le dos le jour et la date du match. Il faut se mettre au centre du ring, à la limite dans les tribunes. Il faut donner des coups sur le nez de l'adversaire, à la limite des coups de pied aux fesses, à la limite couper à pique sur carreau. Il faut tomber ko, à la limite il faut tourner deux fois sur soi même, à la limite il faut faire le pigeon en se posant sur la corde et en roucoulant. Les quatre boxeurs posés sur la corde peuvent aussi faire les hirondelles. A la limite, les pinces à linge. A la limite, il est possible aux boxeurs de faire sécher les robes de chambre accrochées aux pinces à linge. La boxe est un noble art. A la limite, on peut faire des gouaches ou même de la pate à modeler, des santons en terre cuite, qui sont aussi un art. A la limite, on peut vendre du poisson. A la limite, des frites. La boxe a des règles strictes. Les frites doivent être cuites en deux fois. La boxe est un sport magnifique. A la limite, on peut aller au cinéma.
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
927 art.
 
 Vedettes etc.
576 art.
 
 Confs & Perfs
641 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
196 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point