Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Archives

Yorick Sirdon
La hausse du prix du tabac, c'est tabou !
Me serait-il possible d'ouvrir une parenthèse pour déchaîner avec véhémence mon courroux sur la seule cause qui me soit apparue comme étant digne d'un accès d'humeur aujourd'hui, j'ai nommé le prix du tabac ? Si oui, alors merde ! Qui a le droit, je vous pose la question, mes bien chers frères, qui a le droit de me forcer à la longévité ? La hausse du prix du tabac, ça en incite certains à arrêter, certes, mais qui ? Les pauvres ! Salauds de pauvres ! Traîtres ! On ne dira jamais assez de mal des pauvres, c'est vrai, et, croyez-moi sur parole, dans ce domaine ma faconde est intarissable, notamment quand je prends part à des dîners mondains où je me goberge allègrement. Mais il y a autre chose. Que les fabricants de tabac soient des crapules sans scrupules qui nous enfument, soit, mais que les présidents d'associations contre le tabagisme soient cancérologues ou pneumologues ! Ça peut se comprendre, oui mais. Que ces gens fassent pression sur l'État, qui n'attend que ça pour renflouer ses caisses, pour augmenter le prix des clopes, je dis non ! Non, messieurs-dames, non ! Ces gens-là n'ont pas à nous faire payer à nous, innocentes victimes de nos suicides à petits feux de briquet, ces taxes injustes. Injustes ! Devrions-nous payer deux fois, par notre mort et par nos thunes, le prix de leur incompétence ? Non ! Moi je pétune, et j'en suis fier ! C'est le torse bombé que je glaviotte, même en été. D'ailleurs, si vous me permettez, je vais fermer la parenthèse, je voudrais pas faire empirer ma bronchite chronique.
À lire aussi...
 Archives 
Le 10/03/2011
Iceberg

               Je
            suis un
         Iceberg
       dérivant au
     cœur de l'océan
    des Mondes. Ses lancinants
     ressacs m’excavent, me désoli-
      darisent, me liquéfient et ses vents
        contraires me métamorphosent, m’effilent,
          m’aiguisent. Je mute au gré de ses humeurs...
            -------------------------------------
             Et le péril reste toujours invisible.
 
 Archives 
Le 06/09/2012
Fin de partie pour Kevin Mauvec
Kevin Mauvec espérait l'or aux JO de Londres dans cette épreuve mythique des 20 mètres haie (au singulier : il n'y en a qu'une) à quoi tout le prédestinait : on se souvient de cet entretien émouvant, sur Sportic One, où il évoquait ses folles courses d'enfant dans la basse-cour familiale de Cocumont (Lot-et-Garonne), sautant lestement par-dessus les poules affolées. Or, miracle, voici que ce rustique terrain de jeu offrait au millimètre près les dimensions de la cendrée sur laquelle le futur champion serait promis à s'illustrer, du moins jusqu'à la fatale finale de Londres où l'on vit Mauvec trébucher puis chuter lourdement sur la haie unique … Double fracture du péroné pour le pauvre Kevin qui sur son lit d'hôpital confiait amèrement à notre reporter : "Je devais gagner, j'étais en tête aux huit mètres, et puis au lieu de la haie j'ai vu … une poule énorme, énorme, elle me barrait le passage, j'avais mes toutes petites jambes de huit ans et … et voilà." Libre aux psys de tout poil de gloser sur ce fantasme à plumes, toujours est-il qu'à peine affranchi de ses béquilles Kevin, revenu dans la basse-cour de son enfance, se jetait au fond du puits où sans doute, garçonnet, penché sur la margelle il épiait le reflet que le champion déchu aura voulu rejoindre?
 
 Archives 
Le 28/04/2015
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
927 art.
 
 Vedettes etc.
576 art.
 
 Confs & Perfs
641 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
196 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point