Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Archives

Fanch Ravenelle
Manifestez en restant dans votre lit
Conseil citoyen 5
Quand ta profession se décide à la grève
Tu savoures avec joie cette journée de trêve
Qui permet de rester chez soi à se détendre
Tout seul, pour une fois, sans aucun compte à rendre.
Mais comment faire face aux autres syndiqués
Qui ne manqueront pas de venir critiquer,
Le lendemain matin, ton absence notoire
Et feront circuler à travers les couloirs
Que tu as désiré, en n’allant pas au front,
Montrer ton allégeance à l’égard du patron.

Pour éviter, l’ami, cette mise au placard
Devance la mêlée comme tout bon briscard.
Fais-toi des tous premiers, au mot d’ordre lancé,
A saisir cette info pour la faire passer.
Fais suivre les e-mails, mais surtout improvise
Un accompagnement qui les personnalise ;
Un petit mot de toi : « Amis et camarades,
Plus on sera nombreux…» Ce genre de salade.
Ayant montré ainsi ton implication
Qui pourra se douter de ta défection
Et si tu mobilises et que la foule est dense
Bien malin qui pourra affirmer ton absence.

Remets-en une couche à deux jours d’y aller
En prenant soin surtout de ne pas étaler.
Il serait, en effet, tout à fait embêtant
D’être soudain perçu comme un grand militant.
On te ferait marcher aux côtés des ténors
Et tu dirais adieu à ton jour de confort
Ou pire et ce serait, avoue-le, pas de bol
Il te faudrait, l’ami, porter la banderole.

Venons-en maintenant au jour de la manif.
Bien qu’au chaud dans ton lit, tu dois rester actif.
En fin d’après-midi, appelle un vieux copain.
Un de ces bons grognards qui sont sur le terrain ;
Distributeurs de tracts, adhérents de toujours
Qui mangent la saucisse au moment des discours.
Tu lui demandes alors ce qu’il en a pensé
Et tu as les détails de ce qui s’est passé,
De quoi, le lendemain, tenir la dragée haute
A tous ceux qui pourraient vouloir te mettre en faute.




À lire aussi...
 Archives 
Le 17/06/2011
Petit test sur l'esprit de sérieux....
Je sais pas vous, mais moi j’monte à vitesse grand V sur ma 2ch’vaux sans retouche dès lors qu’on s’applique à incruster dans mon esprit, que les vilains qualifient de sérieux, des accroches publicitaires et autres slogans expéditifs à l’instar des tubes débiles qui se greffent d’autant mieux à mon cerveau déconfit que je lutte précisément pour les en chasser. Vous ne me suivez pas ? Normal, mais je me comprends…bref, mon sang pur sang ne fait qu’un tour de manège dès que je lis, entends ou devine ne serait-ce qu’une tentative, même foireuse ou maladroite, de me vriller l’esprit, tentative que je lis aussitôt comme le prix à payer de  je ne sais quel complot sur lequel je refuse de miser. Luttons sérieusement contre l'esprit de sérieux ! Ma parole, on s’croirait chez Leclerc ou Carouf’ : luttons contre la vie chère, luttons contre les prix…. Mayday ! Cette accroche qui se veut innocente, voire banale, voire même qui sait, spirituelle ou humoristique me ramène aux rares cours de maths au collège, ou est-ce en primaire ?, dont je me souvienne… En tous cas c’est très loin… mais il me semble bien que dans ce genre d’équation à résoudre, on commençait par barrer les données identiques qui s’annulaient d’office ; cela donnerait donc :  Luttons sérieusement contre l’esprit de sérieux= luttons contre l’esprit. ETONNANT , non ?
 
 Archives 
Le 30/03/2012
Les petits gars de la marine
Renaud Camus raille Marine Le Pen" venais-je de lire sur lexpress.fr, m'apprêtant à découvrir quelques plaisants sarcasmes à l'endroit de la fille chérie d'un Jean-Marie, dont elle procède comme, dans la théologie catholique, le Fils procède du Père, avec les remaniements opportuns. Et puis mes yeux se dessillent, je m'avise qu'il fallait lire : "Renaud Camus rallie Marine Le Pen" dont il vante "le courage, l'intelligence et la détermination". Prolifique auteur d'une bonne centaine de livres, Renaud Camus (ne pas confondre avec Albert, dont il partage le glorieux patronyme) aurait même, aux dernières nouvelles, rallié au sémillant panache bleu marine de la candidate quelques distingués confrères. On cite, sous réserve, les noms de Maximin de Balzac (Le Père Doriot), Gontran Zola (La Botte humaine), Théodore Flaubert (Madame du Barry), Jean-Jules Rousseau (Le nouvel Aloïs), Narcisse Proust (A l'ombre des jeunes flics en fleurs), Adolf Daudet (Les lettres de mon bourrin). Une réception est prévue en l'honneur des ralliés, que la courageuse, intelligente et déterminée Marine présentera à l'aimable patriarche Jean-Marie, Président d'honneur du Front National, avec à leur tête Renaud, le pionnier du ralliement, dans une ambiance virile, française, à haute teneur en imparfaits du subjonctif.
 
 Archives 
Le 04/05/2012
Du pied droit, ça porte bonheur ?
Anticipant une probable défaite électorale dimanche prochain, quelques cadres futurs-ex-sarkozystes ont opté pour une audacieuse reconversion en se lançant sur le marché des chaussures "de droite". Harmonieux et subtil mariage de distinction UMP et de raffinement FN, ce nouveau modèle extrêmement élégant (garanti 100% croûte de porc) débarque ces prochains jours chez tous les vrais chausseurs.
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
922 art.
 
 Vedettes etc.
570 art.
 
 Confs & Perfs
636 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
183 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point