Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Archives

1 et 2
A la mode

À lire aussi...
 Archives 
Le 28/01/2015
Je suis Monna Charlisa
Je regarde le monde et je me marre Je regarde le monde Et le monde entier me regarde J’intrigue, j’inquiète, je provoque... Pas besoin de grand chose pour Qu’on lapide, qu’on canarde, qu’on rapte : j’ai disparu, réapparu. Je vis derrière des vitres pare-balles, avec gardes du cadre et cordons de sécu. Mais vous savez quoi ? J’ai 500 piges et je suis toujours là et je vous regarde droit dans les yeux, sans ciller ! Tout le monde se demande pourquoi je me marre ? Eh bien je vais vous le dire : Parce que Léonardo et tous les rigolos qui parlent avec leurs pinceaux et leurs crayons, Ils font la "une" du monde depuis Lascaux.
 
 Archives 
Le 24/06/2010
L'enfant sous la table
Je n'ai jamais osé penser écrire pour le théâtre – mais j'aurais dû. Tout était théâtral dans la famille où j'ai grandi, une famille de Juifs algérois où chaque homme avait le verbe plus haut que son beau-frère et où chaque femme savait pertinemment museler son mari. Tout n'était qu'embrassades et coups de gueule, histoires drôles et parties de poker homériques, secrets et faux-semblants. Les adultes vivaient dans le jeu permanent. Pour autant ce n'était pas sur scène (le salon-salle à manger de l'appartement, puis de la maison familiale), mais dans les coulisses que je me sentais le plus à l'aise.

Lorsque la "smala" débarquait en nombre de Paris ou de Nice et que les voitures encombraient la cour à l'arrière de la maison, on dressait la grande table. Le soir, après le dîner, les hommes (et quelques femmes) allaient taper le carton dans le bureau de mon père. Les autres femmes (et quelques hommes, les plus discrets et les plus doux) restaient dans la salle à manger. Moi, je me glissais sous la table, et je jouais au petit train avec les porte-couteaux. Tandis que là-bas, dans le bureau, on s'affrontait dans un nuage de fumée, au-dessus de moi, les paroles volaient, les secrets s'échangeaient, les sentiments se déversaient.

L'un de mes oncles, pièce rapportée, désignait la famille (celle de sa femme et de ma mère) en disant "Les Borgia". Un jour, j'ai demandé "C'est qui, les Borgia ?" Mon père a répondu : "Des empoisonneurs."

Il y a peu, je me suis rendu compte que ma première pièce de théâtre est depuis longtemps en chantier dans ma tête. Sur la scène est dressée une grande table autour de laquelle une douzaine de personnages bruyants sont attablés. Au début, sous la table, un petit garçon joue sans avoir l'air d'entendre ce qui se dit. Mais on ne reste pas enfant éternellement. La pièce s'intitule Samedi chez les Borgia.
 
 Archives 
Le 05/01/2012
Le pourcentage de perte
Quelle est la
proportion
de ponts
qui se
prennent
pour des
nuages ?
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
922 art.
 
 Vedettes etc.
570 art.
 
 Confs & Perfs
636 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
183 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point