Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Archives

Les notules du Rond-Point des Livres
Remarquable, n'est-ce pas ?
Remarquable idée des non moins remarquables éditions Monsieur Toussaint Louverture de re-publier un recueil de nouvelles humoristiques de Robert Benchley, trop vite épuisé. Pilier du New Yorker au 20ème siècle, cousin des Jean Yanne et autres Pierre Desproges, il est l'auteur de ces textes hilarants qu'on ne saurait trop vous recommander (vous ordonner ?). Des illustrations de grande qualité, un cadeau bonus dans un rabat de couverture, pour seulement 18€ : amateur de beaux livres précipitez vous, il n'y en aura pas pour tout le monde !
À lire aussi...
 Archives 
Le 04/11/2010
Corinne
Pour décrire au mieux Corinne, je l'évoquerai donc de la manière la plus exhaustive qui soit, m'attelant néanmoins à la partie de son corps qui m'émeut le plus, à savoir : son cou. Corinne donc, en col : col banane, col polo, col cagoule, col chinois, col officier, col marin, col italien, col cravate, col Berthe, col pointes boutonnées, col chemisier, col roulé, col châle, col Claudine, colerette, col jabot. Encolure bateau, encolure drapée, encolure ras du cou, encolure lavallière. En décolleté : décolleté en cœur, décolleté plongeant, décolleté pigeonnant, décolleté échancré, décolleté en V, décolleté drapé, décolleté carré. Ovale du visage parfait, ovale du visage lissé, ovale du visage admirablement dessiné, ovale du visage tonique. Gorge magnifique, gorge mirifique, gorge gracile. Pomme d'Adam.
 
 Archives 
Le 29/03/2011
 
 Archives 
Le 05/09/2010
Bulles de vanité
Les grands écrivains dotés d’humour se sont souvent réjoui des situations incongrues où leur supposée vanité d’auteur était susceptible, par la réflexion d’un inconnu, d’être dégonflée -pssschit !- comme ballon de baudruche.
Parmi eux, Jules Renard ou Albert Camus qui se délectait souvent dans un large sourire de raconter pareilles mésaventures. Ainsi de ce couple qui insistait pour se faire photographier à ses côtés parce que c’était Camus –« Oui, là-bas, Camus ! » et qui était reparti presque fâché, lorsqu’il avait découvert que ce n’était pas Marcel, le cinéaste d’Orfeu Negro. Un écrivain ? Ils n’en avaient jamais entendu parler et ils n’en avaient cure. Le jardinier de Lourmarin, où Albert Camus, déjà prix Nobel, avait acheté une maison, ne comprenait pas non plus qu’il puisse, en noircissant des pages, gagner sa vie. « Et pour la gagner, lui demanda-t-il un jour, vous écrivez toutes les conneries qui vous passent par la tête ? » Cela, pour lui dépassait l’entendement. Et le brave homme de hocher la tête d’incrédulité. Autre fois : un gendarme qui arrêta l’auteur de L’Etranger pour usage de klaxon intempestif, observant ses papiers d’identité où il lut la mention « écrivain », s’enquit : « Vous faites dans le roman noir ou dans le roman rose ? » « Un peu des deux », répondit Camus dont l’œuvre est d’ailleurs empreinte d’un humour savamment ironique.
Ps : pour ma modeste part, tandis que je végétais, en compagnie de mon ami, devant une pile de livres quasi-inentamée lors d’un petit salon littéraire, une femme s’arrêta à ma hauteur. Mince espoir… « Votre nom me dit quelque chose… » Elle se gratta la tête, dans l’espoir de convoquer un souvenir. Il lui revint. «Ça y est : c’est le nom de mon proctologue ! » Elle s’en fut, contente de ce rappel et de sa mémoire intacte.
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
922 art.
 
 Vedettes etc.
570 art.
 
 Confs & Perfs
636 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
183 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point