Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du
Gilles Weinzaepflen

En savoir plus sur l'auteur
 
 Auteurs maison 
Le 06/11/2015
Chez nous, en Auvergne
Toute activité humaine génère sa part de déchets. Prenons le cas des volcans par exemple. Autrefois, ils n’hésitaient pas à nous balancer quantité de trucs sur la tête, blocs composites noirs et autres coulées de produits dégeulasses et juteux. Chez nous, en Auvergne, nous avons décidé de prendre notre revanche contre ces cavités qui ne servent plus à rien, par la mise en place d’une gestion des déchets engendrés par leur accumulation dans nos cratères vides : papier, carton, verre, plastique, métaux. En effet, l’accroissement démographique de la société de consommation a multiplié la quantité de déchets pour atteindre 480 kg par an. Qu'ils soient industriels ou ménagers, organiques ou métalliques, ils peuvent donc être stockés sans problème dans nos cratères absolument vides, dont la béance inutile permettra de régler une fois pour toutes la question des déchets. Les risques d’une reprise d’activité sont faibles, cependant un réveil de type nourrisson (n’importe quand en pleine nuit) peut se produire. Le renvoi des déchets représente un risque sanitaire puis énergétique et enfin environnemental. C’est pourquoi cette solution est déjà un premier pas vers un développement écologique et durable.
 
 Auteurs maison 
Le 26/10/2015
L'enfant de la balle
Jean Charpentier avait tout essayé : le saut à l’élastique, le Taekwondo, le close combat, le Krav Maga, le ski nautique. Tout cela pour ne pas se retrouver seul face à une balle. Impossible de savoir pourquoi cet objet déclenchait chez lui une telle panique. Aussi, quand il la vit arriver au bas de ses mollets, il fut comme paralysé. Pourquoi avait-il peur de la balle ? Il se retourna et vit le défenseur se ruer dans sa direction. Il disposait d’environ 4 secondes pour résoudre ce conflit psychologique avec lequel il se débattait depuis l’enfance. Jean Charpentier se souvint de l’époque où son père épicier l’emmenait en tournée dans les villages avec l’estafette Renault. Papa profitait toujours du passage à Avricourt pour s’absenter. Il allait livrer « la dame », comme il disait. Resté seul dans le camion, le petit Jean s’occupait des clients, il rendait la monnaie sans erreur. Les villageois émerveillés par son habileté ne manquaient jamais de lui rappeler qu’il était bien le fils de son père, il avait le commerce dans le sang, c’était lui qui prendrait le relais plus tard, il était né là-dedans, un vrai enfant de la balle... Jean Charpentier vit le défenseur effectuer un saut au ralenti, qui lui permit de boucler sa cure express. Non, il ne reprendrait pas le flambeau plus tard, c'était d'ailleurs plutôt une chandelle qu'il tenait alors. Il détestait l’estafette Renault et surtout, la disparition de son père. Aussi, il n’était pas devenu épicier mais comptable. Et cette balle qui tournait, c’était lui, c'était eux, son père avec la dame, son inquiétude quand l’absence se prolongeait. Soudain guéri, il frappa dans le ballon et marqua le premier but de sa carrière. 
 
 Archives 
Le 06/09/2015
Prototype
Chez nous à ICA Systems, nous sommes très heureux de vous présenter en avant-première aux amis français le prototype de notre future 405 XLS, développée en partenariat avec Harvard et les amis de Google et Facebook, que nous sommes parvenus à débaucher pour une coquette somme qu'il serait indécent de révéler ici. Nous vous prions de pas faire circuler cette photographie en dehors de votre site, sous peine de procès avec les meilleurs avocats du Massachussetts, la société S. Goods & Bloomfield LLC à Millbrook. Vous savez en effet que la concurrence est énorme dans notre milieu, surtout lorsqu'on s'apprête à révolutionner le monde numérique dans le garage familial.
 
 Auteurs maison 
Le 15/07/2015
Calcul mental
La beauté de la femme n'est pas la beauté des femmes. La beauté de la femme, contrairement à la beauté des femmes, est unique comme beauté, alors que la beauté des femmes, elle, ressort d'une division de la beauté de la femme en autant de femmes belles, sans pour autant diviser la beauté. Quand on divise la beauté par 2 ou par 3, par autant de femmes belles qu'il y a de beauté, on court le risque de multiplier les femmes par autant de beauté prévalant dans la loi unique de l'unique beauté, qui elle, additionne la beauté des femmes dans la beauté de la femme et non le contraire, l'ambiguïté du calcul résidant dans l'équation finale beauté = beauté, quel que soit le nombre de femmes belles, quelle que soit la beauté de la femme, belle ou laide.
 
 Auteurs maison 
Le 28/06/2015
Renard ou fouine
Sylvain : J'ai senti que le voiture se soulevait légèrement. Un peu comme lorsqu'on est à l'arrière d'une foule et qu'on se dresse sur la pointe des pieds pour voir ce que les autres regardent. Je pense que c'était un petit animal du genre lapin, renard ou fouine. Amina : Pas grand chose, l'effet d'une bosse au front que l'on caresse, une proéminence assez sympa, la main continue son chemin. On a à peine senti quelque chose, ça aurait tout aussi bien pu être une micro-déformation de la chaussée. Mais en se retournant Saïd a vu une forme sanglante. Je suppose que c'était quelque chose comme... un hérisson ? Bill : On a été obligé de se garer sur le bas côté, l'aile avant était enfoncée, elle frottait contre la roue qui était passée par-dessus la bête. On a dû attendre l'assistance en regardant le sanglier qui soufflait bruyamment. Son regard nous mettait mal à l'aise : il nous accusait. Comme si on l'avait fait exprès ! Je vous assure que c'était un moment déplorable moralement.
 
 Auteurs maison 
Le 09/05/2015
Dèche
Prada a réussi son implantation au Niger le magasin Colette ouvre un deuxième concept store en banlieue d'Alger les ventes de Porsche ont progressé de 300 % au Cambodge un nouvel Apple Store vient d'ouvrir au Bengladesh les prévisions de vente de Rolex en Lettonie sont en forte hausse le nouveau magasin Dior Homme de Kaboul a été dévalisé en quelques heures Louis Vuitton a décidé de fermer sa boutique de Vientiane au Laos pour cause de rupture prématurée du stock on s'attend à une véritable marée humaine à deux jours de l'ouverture du Nike Town de Mogadiscio les bijoux Cartier profitent d'une pause de la concurrence au Libéria pour doubler un réseau de vente déjà florissant on estime que les ventes en immobilier de luxe en Haïti vont tripler dans les prochaines années l'Éthiopie accueillera le prochain sommet du G20 Ferrari s'apprête à ouvrir une deuxième chaîne de montage au Soudan le nombre de résidences secondaires au Nigeria est le plus élevé du monde la mairie de Bucarest a choisi le nouveau revêtement de ses trottoirs ce sera du makrana blanc un marbre précieux ce sont les femmes du Honduras qui sont les plus dépensières en accessoires de luxe pour animaux domestiques on parle d'assécher les marais près de Cotonou en vue d'implanter un nouveau golf géant Time Warner a décidé de quadrupler ses dépenses marketing pour développer ses ventes au Mali
 
 Auteurs maison 
Le 20/04/2015
Difficile
Difficile de trouver de jolies photos de filles nues sur Internet. La plupart du temps, elles sont en train de se masturber, seules ou à plusieurs. De moins en moins de photos de filles nues, juste nues, à moins de tomber par hasard sur une image prise juste avant que la jeune fille ne s'introduise un gadget translucide dans son intimité, qu'elle ne subisse les assauts d'un ou plusieurs partenaires, mâles ou femelles, la jeune fille étant payée non pour être nue, mais pour jouir filmée.
 
 Archives 
Le 07/04/2015
Chez ebay
Une sorte de grisaille permanente qui vient d’ebay Il fait gris Chez ebay le ciel est chargé de gros nuages Il fait rarement beau Là-bas chez ebay il vaut mieux chercher le soleil ailleurs D’ailleurs tous les gens sont malades Chez ebay les gens ont toujours le nez bouché On tousse beaucoup On se mouche On éternue trois fois plus qu’ailleurs Il fait tout gris chez ebay c’est toujours couvert Il faut payer par carte il pleut Moi je n’ouvre pas mon sac sous la pluie Je n’enlève pas non plus mes gants Si c’est pour attraper un rhume Je préfère les anciens modes de paiement Je préfère régler par chèque Au moins il fait beau
 
 Auteurs maison 
Le 19/02/2015
Le bon côté
Nous mangeons avec nos doigts. Nous avons banni la fourchette, la cuillère et le couteau, depuis que nous avons découvert que le métal de ces ustensiles était un alliage dont un des composants est fabriqué dans des usines est-asiatiques, employant des ouvriers sous-payés, travaillant dans des conditions effroyables, sous des ampoules clignotant lamentablement faute d'être remplacées à temps. Nous mangeons avec nos doigts pour dire non à cette injustice. C'est une façon durable de nous engager en famille par un petit geste responsable. Si tout se passe bien à la maison, il n'en va de même à l'extérieur. Je me suis longtemps contenté d'un sandwich pour ne pas choquer mes collègues durant la pause repas. Je n'ai pas l'âme d'un militant, mais il m'arrive de déjeuner en tête à tête avec l’un de nos jeunes stagiaires en situation de précarité. Si le discours de l'exploitation de l'homme par l'homme ne prend pas, j'utilise d'autres arguments plus politiques : « Piquer ton haricot, couper en pièces détachées ce steak, sont des actions sur lesquelles nous devrions nous arrêter un instant. Car que sont-ils, ces gestes qui te sont coutumiers, sinon l'ébauche d'un pouvoir, l'affirmation d'une suprématie ? Ne vois-tu pas que tu participes sans t'en rendre compte, à la grande machination capitaliste, à la malédiction consumériste qui t'entraînent malgré toi vers ta propre perte ? » Nathan, notre stagiaire caisse, a fait un test l'autre soir à la maison. Depuis, il a abandonné les couverts et toute chance de voir son contrat se muer en CDI. Nous mangeons avec nos doigts, sans nous préoccuper des jaloux et des regards réprobateurs. Ce midi, j'ai observé Mélanie à la table voisine. Je l'ai vue poser sa fourchette l’air de rien, puis enfourner digitalement une frite en riant, pour faire oublier à ses compagnons de table qu'elle était passée de l'autre côté, du bon côté.
 
 Auteurs maison 
Le 23/12/2014
Return of the repressed
Il frappa à la porte vers minuit. Son père vint lui ouvrir et le fit entrer. Sa veste était en lambeaux, son pantalon usé jusqu'à la corde. Le père lui demanda: « Qu'as-tu fait de la fortune que je t'ai donnée ? » Le fils avoua qu'il avait tout claqué dans les fringues, la drogue et les clubs à Ibiza, mais il ne regrettait rien, car cette longue descente aux enfers lui avait permis de faire son coming out. Le père se tourna alors vers sa femme et lui demanda : « Doit-on considérer ce retour comme celui du refoulé ou bien celui du fils prodigue ? »
 
1 / 2
Suivant
 
Gilles Weinzaepflen
Le poète et réalisateur Gilles Weinzaepflen est également musicien : sous le nom Toog, ses albums sont sortis aux Etats-Unis, au Japon, en Allemagne, en Angleterre et en France, pays où il s'est produit avec l'artiste écossais Momus. En France, il a composé la musique de plusieurs spectacles de la metteure en scène Myriam Marzouki, dont « Laissez-nous juste le temps de vous détruire » d'après un texte d'Emmanuelle Pireyre, auteure qu'il accompagne sur scène durant sa performance « Lynx ». Toog prépare son prochain album autour de la notion de piano, en tant que plante grimpante...
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
927 art.
 
 Vedettes etc.
576 art.
 
 Confs & Perfs
641 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
196 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point