Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du
Manault Deva

En savoir plus sur l'auteur
 
 Archives 
Le 25/04/2015
Pas si Net
Une nouvelle religion est née...de «relié», nous sommes passés à «connecté». Smartphone, tablette et ordinateur. Drôle de Trinité ! J'en connais qui ont les trois... si si j'vous assure! Plus smart que jamais le «phone» est devenu sans que l'on s'en aperçoive une sorte de fil à la patte. Son intelligence n'est hélas pas contagieuse et on ne peut rien lui cacher. Il sait tout de nous étant très à l'écoute. On pourrait l'appréhender comme un fil d'Ariane, ou une laisse invisible très lâche qui malgré la sensation de liberté et de légèreté qu'elle procure pourrait un jour se raccourcir et réduire notre espace. Peut-être même que dans le dédale de notre existence virtuelle, des applications, de Facebook, Twitter, Google et autres moteurs de recherches, on sera amenés à se retrouver sur la toile, non pas face à un cheval de Troie, mais au Minotaure. Extension de nous-mêmes le smartphone nous permet de rester en contact avec le monde entier. On ne pourrait plus s'en passer ! C'est un ami qui nous veut du bien. Capable du meilleur, il peut même sauver des vies. C'est parfois aussi simple qu'un coup de fil. Il peut aussi nous pousser à boire jusqu'à la lie le poison et l'antidote réunis de la connexion. Objet du désir polymorphe qui dans sa version sombre peut dans le meilleur des cas, rendre con, voyeur ou dépendant, voire les trois à la fois. Ne sous-estimons pas notre meilleur copain qui n'a pas une tête de noeud lui ! Bientôt, une micro puce obligatoire, nous sera implantée sous la peau...et tout en nous sera connecté. Ringards les smartphones, tablettes et compagnie ! Plus besoin de prothèses extérieures. Inter et intraconnectés, nous serons des balises vivantes... quoique « vivantes » ne sera plus le mot adéquat. J'en connais qui ont passé l'âge mais qui dorment avec leur portable, sorte de doudou nouvelle génération, sous l'oreiller... non loin d'eux, un ordinateur veille... Peut-être feraient-ils bien de croire à nouveau à la Petite Souris car qui nous dit qu'après plusieurs années d'un sommeil connecté, sans lâcher prise, ils ne perdront pas leurs dents.... et que l'on ne va pas se prendre un jour les pieds dans la toile... c'est vrai, on ne sait pas. On n'a pas assez de recul... normal, on est toujours un peu dans le flou quant au Net !
 
 Archives 
Le 26/10/2014
Volute étoilée du cosmos intérieur
Un voyage en couleur. Ni bleu, ni orange. Amarante étoilée. Une couleur qui résonne jusqu’aux sphères de Dyson… J'investis l'évidence de ma nature. Imperceptible, je m'approche. Signature du phénomène vibrant. Voyage cosmique sur orbite fortement excentrique. Mon disque dur explose en objets épars  au-delà de la ceinture de Kuiper et  du nuage d’Oort. Soleil noir, hypothétique Némésis… La toupie de la vie me mange le ventre. Survoltage, sens aiguisés, je m'épuise. Lotus. Energie ascendante. Mon approche s'en  approche. Centre. Tout. Vie. Anicroches. Lambeaux. Oublier le mental. Lâcher... mauvaise prise. Hameçon de bazar... longue ligne. Main tendue. Signes. Seul le cœur est tranquille. La tête fatiguée tourne en rond, farcie de logique affligeante. Mouvance. La gigue de la matière me marche sur les pieds. Craquèlements d'os inutiles. Intentions nocives. Boomerang. Boutures de ciel qui prennent enfin dans l'hiver de l'absence, bourgeonnent de fruits endormis gorgés d’énergie vitale.Temps venu, arraché non sans mal. Temps béni, augmenté, non sans râles. Miroir hirsute. Comète éclatée dans le ciel nocturne. Particules d’images ébouriffées et létales se désagrègent. Cristal. Eclat de lumière fait rage dans le cœur. C'est l'heure! Tic tac. Toc toc ! Débloquée l’horloge de ma planète intérieure...Se hisser sans savoir, mais se fier à ses sens... Haute fréquence!
 
 Archives 
Le 14/09/2014
De saison
Cornue des Andes, Grosse Portugaise, Belle Angevine, Brin de muguet, Casaque rouge, Mémé de Beauce ou Rose du Liban…elle se fait fraîche,  crue, cuite, en salade, en sauce,  en velouté  en jus. On la plante, on l’évide, on la pèle, l’épépine…on la cuisine, on la croque, on la farcit ! Ah la tomate ! Je ne vous parle pas de celle qui n’a pas de goût, bouffie d’eau, rouge au bord de l’apoplexie et qu’on a parfumé aux pesticides. Non, la tomate, la vraie ! Tomate d’hier et d’aujourd’hui…le débat de la théorie du genre fait toujours rage... mais elle, elle reste délicieusement stoïque ! Jamais tout  à fait mâle  et pas vraiment femelle,  elle n’est pas le fruit, ni le légume qu’on nous dit. La tomate se mérite ! Desproges  avait  raison ! Elle est de toutes les circonstances…et peut se faire messagère peu glamour quand on la reçoit en pleine face. Gironde, joyeusement juteuse, allongée en forme de cœur, verte  rouge, jaune, noire aux subtiles saveurs acides ou sucrées. Adorable ambivalence. Trouble gustatif lorsqu’elle explose à nos papilles !   Décidément on ne s’ennuie jamais avec une tomate !
 
 Archives 
Le 30/03/2014
Spirale de printemps
Germes incrédules des générations enfouies. Bidules stratosphères aux dents de requins bleus. Rêves de sirènes austères. Fleure bon le musc sous la langue. Le secret. Cellules ramollies qui se mêlent, molles, au suc engourdi de la tige anoblie d’odeurs muscadées. Papilles frivoles. Linotte aux dents de lait. Papillote de sable sous la cendre chauffée. L’atmosphère enrhumée de chagrins. Que l’asphalte m’émeut quand la terre s’éteint ! Mais que vois-je de si loin ? Des amis oubliés qui n’étaient pas toujours dans la barque embarquée. Quid du pouvoir des signes? Il faut s’agenouiller car l’eau de pluie mouille, bien avant de noyer !
 
 Archives 
Le 13/07/2013
A l'envers
Se poser des réponses et donner des questions... s'inventer des réponses qui se posent en questions. Drôle de monde à l'envers qui se frôle au revers de la manche de l'esprit qui traverse la route inversée de la vie. On transfère dans le lit tout ce que l'on a appris. On analyse ses replis, on dénonce ses dépits. On coule tous les joints de culasse qui ornent nos cuirasses...on enfonce nos poings dans la gueule du destin. On cherche sans tomber l'équilibre qui nous manque et on marche sur le fil du rasoir, dans le noir. Pas facile d'exister sans se faire bousculer par des invertébrés. Pas facile d'exister sans se faire écraser les orteils par les pieds du géant polymorphe qu'est le monde des idées....
 
 Archives 
Le 30/01/2013
Une question me brûle les lèvres
Une question me brûle les lèvres. Qu'elle est cette force qui nous pousse à nous tenir les deux pieds sur le sol... mais aussi refaire un ourlet, discuter le bout de gras, écrire des pièces de théâtre, causer dans le poste, être coiffeur, petit rat de l'Opéra ou stocker des hydrocarbures... ou bien même pédaler.  Vous trouvez ça normal, vous Jean-Michel Ribes, de pédaler ? Pédaler sur une scène de théâtre, pédaler dans la choucroute ou ailleurs... Pédaler pour se souvenir ou se souvenir pour pédaler ? Il faudrait poser la question à Georges Perec et à Samy Frey. Mais la question a déjà dû être posée. Oui... mais où ? Avec le temps elle a dû être déplacée quelque part... posée ailleurs sur un piano, une table de bistrot, une tinette de cabinet ou sur un parterre de dalles noires et blanches... comme les notes du piano. Vous voyez, souvent on croit qu'on s'en va un peu loin mais on revient au même endroit. On tourne en rond, surtout si on n'est pas carré dans sa tête!  On revient donc comme un assassin sur le lieu de son crime. On a perdu son innocence ou la question posée... peut-être est-elle partie sur les ailes d'un Goéland, chanceux volatile, qui a échappé aux coups de ciseaux d'un coiffeur inconscient, qui ne se souvient même pas si il a eu un désir prénatal pour le shampoing et qui passe sa vie à raser des nuques, au lieu de s'envoler transporter par un vent de liberté qui chasse la morosité ambiante et la mesure. Décoller ! Pour monter, mais jusqu'où ?... Jusqu'au plafond pour y retrouver Plume, qui même s'il est parti pour Casablanca doit y être toujours, au plafond. Pas tout seul bien-sûr... Henri Michaux est avec lui. Si on ne sait pas voler tout seul, il y a les poètes, les écrivains, les peintres, les musiciens pour nous prendre par la main pour une promenade à la Chagall, le corps à l'horizontale. Prendre des portes comme on prend son envol, Chercher pas pour se trouver, mais pour se perdre. C'est peut-être ça le vrai chemin. Après viendra le temps des fouilles, de l'archéologie de soi si chère à Michel Foucault. Créer, fabriquer quelque chose qui n'existe pas encore qui s'inscrira plus tard dans les lignes de notre main. Comme ouvrir une fenêtre ou un abcès du subconscient. Le poète, l'artiste est paraît-il un grand médecin et comme nous sommes tous apparemment des grands malades, nous avons sacrément besoin de notre piqure de rappel de fantaisie, de démesure, de portails ouverts sur un monde qui n'est peut-être pas si autre. Que serait la peinture sans portraits de carpes ? Comment devenir un ex-fumeur sans perruque Louis XV ? Que serait un sauve sans qui peut, un cul sans jatte, un tempion sans tar, un passe-moi sans sel, un va là sans qui, un théâtre sans animaux, un Rib sans numéro de compte, un Ribes sans Jean-Michel ? Pire ! Un théâtre sans ronds, pleins de piques, sans rond-point avec des feux rouges qui ne passent jamais au vert !...  Décidément, vous nous êtes indispensable Jean-Michel !
 
 Archives 
Le 11/10/2012
Alouette
Dans ce monde sans dessus-dessous, toujours un peu plus fou, je poursuis ma quête effrénée d'une femme qui marche sur le bitume et à chaque pas est freinée par les secondes qui la consument. Je devrais marcher sur les mains, ce serait tellement plus aérien… l'air de rien, un brin d'air et qui sait, je pourrais m'envoler, la tête en bas, les pieds au ciel, comme un vertige, la pose est belle !                                                                                                                     Les orteils dans l'atmosphère et la tête pas si fière, cramoisie à l'envers, donne l'ordre à ces foutus compères, de mettre pied à terre. Mais, ils n'en font qu'à leur tête…les pieds... et folle, elle en fait un fromage, la tête… un peu veau, mais pas bête, la voilà qui stoppe net, un coup de gueule... et aux pieds!                                               Sur terre, il vaut mieux ne jamais avoir les idées à l'envers, sinon on risque d'avoir à faire à des casse-pieds ou à des fortes têtes! Sur terre c'est sûr, il vaut mieux être normal...Mais c'est quoi au juste la normalité?
 
 Archives 
Le 25/07/2012
Les gars de la pédale
Ça y est les petits poulets aux hormones sont arrivés, ils ont franchi les Champs Elysées! Y'avait pas un poil qui dépassait. Glabres, musclés, colorés...et chargés à bloc! Chargés d'espoir, de volonté, de souffrances, de kilomètres dans les papattes...mais pas seulement. Peut-être aussi parfois chargés de substances qui loin d'alourdir, donnent des ailes, font avancer, vite, toujours plus vite! Comme tous les ans, on s'est enthousiasmé, on a acclamé, supporté, fêté des grimpeurs, des sprinteurs, des pédaleurs des vrais grands sportifs...mais aussi des hommes "augmentés". Le principal, c'est de ne pas se faire prendre, seule la victoire compte...et ça dans tous les sports.   La main d'un footballeur qui a fait le boulot d'un pied s'en souvient encore. Mais nous on ne veut pas voir ce qui ne nous arrange pas. Pas vu, pas pris! L'enthousiasme et l'admiration restent intacts! On est loin de l'esthétique du vrai et du beau de Platon...à propos... qui dit Platon, dit grec, dit jeux olympiques...bientôt à Londres. Qui sera le seigneur des anneaux dans sa catégorie? Le plus performant, le plus méritant, le plus rapide ou bien le plus chanceux...celui qui aura le plus de veine...de veines chargées ou pas?!
 
 Archives 
Le 29/04/2012
Combien de temps ?
Cette nuit, moi j’ai rêvé que je perdais mes dents. Alors j’me suis levée, j'ai fait le tour de mes sentiments. Mais aussi le tour de ma vie pour voir si j’étais méritante. C’est pas bon signe le coup des dents... c’est signe de mort qu’on dit tout l'temps ! J’ai inspecté ma mémoire, j’voulais savoir... si j’aurais droit au paradis ou bien alors au purgatoire. Et j’ai même pensé à St Pierre avec sa barbe au fromage blanc, son air gentil, enfin j’espère, parce-ce… quand j’y pense: toutes les conneries que j’ai pu faire... c’est peut-être l’enfer qui m’attend !  Allez, demain c’est sûr, j’irai les voir, mes vrais amis et mes parents. J’vais rattraper tous mes retards, j'vais leur crier combien j’les aime, malgré l’existence qui nous saigne. Parce-que tout n’a qu’un  temps… mais pour combien, combien de temps ?   J’me suis pincée, j’me suis fait mal... c’était pas bon signe, j’ai rigolé. Je préfère rire que de penser que j’vais mourir, j’suis pas pressée ! C’est important de le savoir parce-qu’ici tout est illusoire... tout n’a qu’un temps… Et puis… j’me suis regardée dans le miroir pour voir si j’étais quelqu’un de bien. J’ai vidé même tous mes tiroirs pour être sûre que j’oubliais rien… Mais j’ai rien vu dans le miroir, y’avait personne, pas de reflet ! Alors tout est devenu noir, j’me suis même pas entendue crier. Y’avait personne dans le miroir! La mort m’avait donc prise en traître... mais comment peut-on disparaître, comme ça, sans s’en apercevoir ? Alors maintenant c’est sûr, j’peux plus les voir…  mes vrais amis et mes parents. J’peux plus rattraper mes retards, ni dévoiler mes sentiments à celui qui est mon seul amour, il ne le sait pas, mais c’est plus le jour ! J’peux plus crier combien j’les aime, à cause de la mort qui m’entraîne... j'peux plus crier, malgré tous mes efforts… Mais combien, combien de temps dure la mort ?      
 
 Archives 
Le 11/01/2012
En transit...
Déjà 2012 ! Une année de plus en moins... et dire qu'on est en transit ici bas, avec ou sans douleurs d'estomac. On est tous des passagers de la vie en route vers le destin, les bagages pleins de doutes et d'espoirs clandestins.
Des passagers de la vie en route vers demain, le désir assoupi par un trop long chemin. Des passagers de la vie voyageant côte à côte, oubliant les envies qu'ils avaient l'un de l'autre. Parfois même des passagers en colère, des passagers téméraires qui ne cessent de lutter, qui ne veulent pas se taire, mais cherchent la vérité...
On est tous des passagers en transit, en partance pour un grand voyage qui sera un flop ou bien un hit... tous des passagers en transit...
 
1 / 2
Suivant
 
Manault Deva
Je ne bois pas, je ne fume pas, je ne me drogue pas, (je sais c'est nul!)  mais j'écris... même pas la nuit, la nuit je dors. J'écris tout bas, je crie parfois et puis je cause...because ...j'aime ça ! Je cause, je cause dans le poste sur  France Inter.  Depuis 2009, même si je suis sentimentale, j'envoie des bons baisers, pas toujours tendres...normaaal, faut pas se fier à mon sourire, je suis capable du pire !

> Bons baisers de Manault, sur le site de France Inter
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
927 art.
 
 Vedettes etc.
576 art.
 
 Confs & Perfs
641 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
196 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point