Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du
Sophie Herber

En savoir plus sur l'auteur
 
 Archives 
Le 06/03/2012
 
 Archives 
Le 06/11/2011
N'est pas Picassiette qui veut !
Incroyable mais vrai, un Picassiette est passé à la postérité ! Raymond Isidore, né en 1900 à Chartres, surnommé Picassiette bien des années plus tard, n’est pas sans rappeler le célèbre facteur Cheval. Mouleur de métier, Raymond Isidore commence à travailler à l’âge de 13 ans. Marié sur le tard, il achète un terrain, au 22 de la rue du Repos, pour y construire sa maison. Une petite bâtisse pour une vie sans prétention, l’histoire aurait pu s’arrêter là s’il n’y avait eu ces morceaux de vaisselle cassée trouvés au hasard des chemins. Raymond Isidore les récupère pour en faire une mosaïque sur l’un des murs de sa maison. Picassiette était né. Dès lors, plus rien ne va l’arrêter. Meubles, objets, sols, murs, tout va y passer ou presque. Mort en 1964, Picassiette laisse son œuvre inachevée.
 
 Archives 
Le 22/07/2011
Où est donc passée la tête de Goya?
Dans la nuit du 15 au 16 avril 1828, Francisco Goya s’éteint à Bordeaux. Quelques jours plus tard, un défilé de corbeaux accompagne le peintre au cimetière de la Chartreuse. Dans sa dernière demeure, pensez-vous ? Non, seulement pour 60 ans. Le temps qu’un consul espagnol, un peu plus regardant que ses confrères, n’entreprenne les démarches pour rapatrier le corps à Madrid. Sauf que l’administration, vous savez ce que c’est ? Et bien oui, ça traîne. Résultat des courses, l’exhumation n’a lieu qu’en 1888. Et là, autour du caveau, c’est le coup de théâtre : la tête de Goya a disparu ! - Le génie a-il été enterré décapité ? A l’époque, la femme du peintre Brugada, qui peignit Goya sur son lit de mort, affirme que la tête était bien là. - Mais alors comment est-ce possible ? Minute papillon ! En 1928, on découvre un petit tableau du peintre Dionisios Fierros qui représente une tête de mort sans mâchoire sous laquelle est inscrit « Crâne de Goya – 1849 ». Etrange, non ? L’histoire raconte que, dans son atelier, Dionisos Fierros avait un crâne. - Celui de Goya ? Impossible à vérifier. Le fils de Fierros, étudiant en médecine, emporta le crâne à Salamanque qu’il fracassa au cours d’une de ses expériences…
 
 Archives 
Le 15/01/2011
 
 Archives 
Le 18/10/2010
Lettre de motivation
Recherche d'emploi
Extrait de la lettre de motivation d’une table de cantine souhaitant se faire embaucher dans une brasserie : « Si par hasard votre établissement dispose d’une arrière-salle où se pratiquent quelques jeux illicites, sachez que je sais faire montre d’une discrétion hors pair. Cette qualité fait aussi de moi la partenaire idéale pour tout dessous de table que vous jugeriez opportun. »
Gilles Marchand, Dans l’attente d’une réponse favorable, éd. aNTIDATA.
 
 Archives 
Le 08/10/2010
Les derniers mots de Marius Jacob
Le 28 août 1954, Marius Jacob se donne la mort. A côté de celui qui inspira, à Maurice Leblanc, le personnage d’Arsène Lupin on retrouve un bout de papier où il est écrit : « Linge lessivé, rincé, séché, mais pas repassé. J'ai la cosse. Excusez. Vous trouverez deux litres de rosé à côté de la paneterie. À votre santé. »
 
 Je lance ma chronique 
Le 30/09/2010
 
Les fées d'Arthur Conan Doyle
Tout le monde sait qu’Arthur Conan Doyle est le père de Sherlock Holmes, mais qui se souvient de sa passion pour les fées ? Peu de gens, on est d’accord. Or en 1922, l’écrivain publie un livre intitulé « Les fées sont parmi nous ». Rédigé sous forme d’enquête, l’ouvrage revient sur une affaire qui remonte à quelques années. En 1917, deux écolières à l'imagination débordante, Elsie et Frances, déclarent avoir vu des fées, photographies à l’appui. Arthur Conan Doyle voit les clichés et se passionne pour cette histoire à laquelle il croira jusqu'à sa mort en 1930. L’histoire aurait pu se terminer en queue de poisson… Ce n’est pas le cas. Dans les années 80, alors qu’il enquête sur ces fameuses fées, un journaliste américain reçoit une lettre d'Elsie dans laquelle elle avoue tout. A savoir que les fées ont, tout simplement, été découpées dans des magazines et plantées dans le sol. Elsie explique aussi pourquoi elle a longtemps gardé le secret : "J'avais de la peine pour Conan Doyle [...] Il venait de perdre son fils à la guerre et le pauvre homme essayait certainement de se consoler comme il le pouvait avec des choses qui ne sont pas de ce monde."
 
 Je lance ma chronique 
Le 28/09/2010
 
La vraie Thérèse Desqueyroux
Dans les années 90, un homme se présente au domaine de Malagar, ancienne demeure de François Mauriac en Gironde.
– Bonjour, je suis le petit-fils de Thérèse Desqueyroux. Interloquée, la jeune guide de l’époque pense avoir à faire à un illuminé.
– Je vous demande pardon, monsieur ?
– Je suis, plus exactement, le petit-fils d’Henriette Canaby dont s’inspira François Mauriac pour son personnage de Thérèse Desqueyroux.
L’histoire commence au printemps 1905. Dans la bonne société bordelaise, des rumeurs courent sur les Canaby, un couple de bourgeois bordelais, habitant le quartier des Chartrons. Le mari, malade, aurait été empoisonné par sa femme. A la suite d’événements troublants, la justice prend le relais.
Le procès d’Henriette Canaby s’ouvre le 25 mai 1906. François Mauriac est dans la salle d’audience.
Finalement acquittée du crime de tentative d’empoisonnement mais déclarée « coupable de faux en écriture et usage de pièces fausses », Henriette Canaby est condamnée à une peine de 15 mois de prison et 100 francs d’amende.
Thérèse Desqueyroux était née.
 
Sophie Herber

Sophie est journaliste, formatrice web et auteur. Superstitieuse un brin paradoxale, elle ne passe jamais sous une échelle mais adore les chats noirs.

Site : www.sophie-herber.com

 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
927 art.
 
 Vedettes etc.
576 art.
 
 Confs & Perfs
641 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
196 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point